Canal+ et ses matchs en « -ico »

04
février
2013

Auteur :

Catégorie : Editos / Ligue 1

Les affiches de Ligue 1 sur Canal+

Samedi après-midi a vu la confrontation entre Lorient et Rennes. Un derby breton donc. Enfin le « Celtico » comme l’appelle la chaîne cryptée. Une méthode bien étrange pour rendre des matchs de Ligue 1 plus attractifs. Et qui a fortement tendance à agacer, ce qui est compréhensible. Explications d’une dérive.

Pour annoncer un match qui n’a rien d’attrayant, Canal+ sait y faire. Prendre un point commun à deux équipes et y rajouter le suffixe « ico ». La recette est simple. Mais à force de l’appliquer, le téléspectateur frôle l’indigestion de mauvais goût. Car il ne faut pas se leurrer. Utiliser des termes comme Corsico pour un Ajaccio-Bastia, c’est sublimer une affiche qui manque un peu de clinquant. Et le vendre au Français moyen dans un « packaging » orné de rubans dorés et de toutes les enluminures possibles qui rendrait ce match « incroyable », « à ne pas manquer ». Des termes que Canal ne manque pas de rappeler dans des magnétos, avec des actions spectaculaires et des éclats de voix de commentateurs s’extasiant, un tantinet exagérés. Mais vraiment un tout petit peu hein.

Dans le même délire mégalomaniaque, on a ainsi vu éclore le Celtico, fruit du derby breton entre Lorient et Rennes. Se servir de la proximité géographique, ça peut encore passer. Mais le synthético… On dépasse les bornes du tolérable. Rien ne vous choque ? Pourquoi pas le « Pelousico » pour les 18 autres équipes pour creuser ce filon du nom autour du type du terrain ? Ne venez pas vous étonner si la France est le pays qui consomme le plus d’antidépresseurs. Ce qui était une « bonne » vanne d’Hervé Mathoux dans le Canal Football Club s’est transformée en arnaque magistrale. C’était sans doute le meilleur moyen de vendre un Lorient-Nancy, que même Orange Sport, paix à son âme, ne voulait pas.

Dernière aberration. Une atrocité qui méritait mille châtiments, parler de « Clasico » pour un PSG-OM. Une insulte ni plus ni moins au vrai clasico. L’espagnol. Le Barça-Real. Celui qui recèle d’une vraie haine, d’une histoire sublimée par des joueurs mythiques qui auront marqué leur époque. Et qui continue de susciter les fantasmes aujourd’hui encore. Il n’y a qu’à se pencher sur les audiences de cette joute en Mondiovision (entre 500 millions et 800 millions en moyenne ces dernières années, excusez du peu). Donc nommer « Clasico » un duel entre deux clubs qui n’avaient rien pour se taper dessus il y a 30 ans, c’est surtout alimenter une pseudo-haine entre deux peuples et dynamiter les pâles saisons de Ligue 1. Le PSG et l’OM ne réuniront jamais les ingrédients du réel clasico. Tenter de trouver une confrontation phare dans le seul but de réveiller des passions et de jouir d’une exposition médiatique inhabituelle, elle est là l’empreinte Canal+ sur la Ligue 1. Ou plutôt la « Ligico Unico ».

Auteur : Fabien Burgaud

Fabien : motivation le journalisme sportif. Supporter du FCN et amoureux du football.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Editos

Plus dans Editos, Ligue 1
Pastore buteur avec le PSG face à Toulouse
Un week-end en Ligue 1 (23/38) : “Le tournant”

Cette 23ème journée de Ligue 1 est très certainement le tournant de notre championnat. Le PSG s'est imposé brillamment en patron vendredi...

nancy-karaboue
Marseille piégé par Nancy

Réduit à 10 contre 11 durant les trente dernières minutes, l'OM s'est fait surprendre chez lui par la lanterne rouge...

L'OM a l'occasion de prendre des points face à Sochaux
L’OM a un coup à jouer

L'OM peut profiter de la déconvenue Lyonnaise, défait 3-1 à Ajaccio cet après-midi, pour revenir à hauteur des Gones au...

Fermer