Camille Naude : « La D1 ? Une récompense pour tous mes sacrifices »

25
janvier
2014

Auteur :

Catégorie : D1 Féminine / Interviews

CNAUDE-MUR

A l’occasion des 32ème de finale de la coupe de France féminine qui auront lieu ce week-end et pour fêter l’entrée en lice des clubs de D1 féminine, Camille Naude, joueuse à l’AS Muret, a accepté de se prêter au jeu des questions APP. Lumières sur une footballeuse pour qui le sport est bien plus qu’un loisir.

Peux-tu te présenter ?

Je fais du foot depuis l’âge de 11 ans, je fais partie de la génération 98, celle qui a découvert le foot durant la coupe du monde, car avant cela, je pratiquais un sport qui n’avait pas grand-chose à voir; la gymnastique.
Dans la cour de récrée de mon école, il n’y avait pas de paniers de basket mais des cages, donc si on voulait faire du sport : c’était forcément du foot et je m’y suis mise un peu par défaut puis j’ai commencé à apprécier de plus en plus.
Dès septembre, après la victoire de l’équipe de France, je me suis engagée avec le « Rangueil Football Club » à Toulouse et j’y ai joué en équipe mixte jusqu’à l’âge de 15 ans. C’était un peu difficile au départ, car j’étais la seule fille, mais finalement je m’y suis beaucoup plu et j’ai même été capitaine la dernière année. Comme beaucoup de filles de ma génération, l’étape d’après c’était d’intégrer un club féminin et lors d’un match en sélection Midi-Pyrénées, j’ai été repéré par le coach du TFC qui m’a proposé de rejoindre son club. J’y ai joué jusqu’à mes 21 ans, principalement en DH et en D3.

Comment es-tu arrivée à Muret ?

Avant d’intégrer Muret, j’ai joué à Saint-Simon pendant 2 ans en DH la première année, magique puisqu’on accède à la D2 en fin de saison. L’année qui a suivi a donc été ma première expérience en « haut niveau » . Après une saison difficile, liée à des soucis d’effectifs, j’ai rejoins Muret où j’occupe le poste de latérale droite.

CNAUDE1Quand tu ne joues pas, que fais-tu ?

J’ai fait des études de droit pendant 5 ans après mon Bac ES. Plus précisément j’ai un master 2 en droit des affaires car j’ai très rapidement compris que si je voulais jouer au foot, il fallait que je m’organise assez bien pour que ça puisse rester un loisir.
Lors de ma dernière année d’étude, j’ai réalisé un mémoire sur l’image du sportif professionnel et plus précisément sur tout ce qui concerne l’exploitation de l’image du sportif, sa protection et sa composition.
Au fur et à mesure de mes stages, je me suis rendue compte que c’était une partie du sport assez mal exploitée car pas vraiment dans le périmètre des agents sportifs, ni dans celui des avocats et j’ai décidé de créer ma société : Fortitude Consulting.

Comment tu gères cela au quotidien ?

Ce n’était pas facile au début car pas vraiment de référence en la matière, je suis une des seules à effectuer cette activité sur le secteur toulousain.
Cela fait maintenant un an et je suis plutôt satisfaite de l’avancée de ma société. J’ai pu, au fur et à mesure des sportifs que j’ai été amenée à gérer, établir clairement là ou je voulais aller et surtout, là où je ne voulais pas aller et je crois qu’au fond, c’est le plus important.
Je me suis occupée d’un joueur de pelote basque, toulousain et champion du Monde Espoir, qui a été un super vecteur de promotion mais aussi de Karima Benameur, gardienne du PSG et avant tout mon amie. Bien sûr que le fait d’être moi-même joueuse de foot et notamment cette année en évoluant en D1, me permet de promouvoir ma société dans le milieu, aujourd’hui prisé, du football féminin, mais j’aime travailler avec divers profils de sportifs et donc de sport, je suis par exemple en contact avec un escrimeur, un nageur et un rameur en aviron.
Actuellement je gère l’image d’une grimpeuse, membre de l’Equipe de France d’escalade et avec mon partenaire photographe, Laurent Pagnon (aussi footballeur à ses heures perdues !), on a monté un super projet de calendrier « 100% sportifs toulousains » dont les bénéfices serviront à payer sa saison.

CNAUDE2

Tu nous en dis plus ?

Mon activité peut donc être large et variée et c’est ce qui me plaît. Il peut s’agir de la recherche de sponsors, de la création, comme pour le calendrier, de projet autour du sportif, de mise en relation avec les médias, de la gestion de carrière (je suis recruteur auprès d’Athlètes USA qui se charge d’envoyer des étudiants sportifs français de haut niveau dans des universités américaines) ou simplement de mise en place de moyens pour faciliter le quotidien du sportif (recherche de préparateur physique, coach mental, ostéopathe, etc.).
Je suis aussi associée avec un webmaster qui gère la partie « nouvelles technologies » et qui a la particularité de travailler avec une équipe de football féminine : Arpajon, nos adverses lors des 32ème de finale de coupe de France ! (coucou Cyril Andrieu  )
J’ai également un contrat de travail avec le club de Muret : je gère essentiellement la partie événementielle et j’aide au sponsoring et à la communication avec mes deux acolytes et joueurs de l’équipe de DH à l’ASM, Anthony Aversa et Maxime Torrent.

Revenons au championnat, vous vous attendiez à être en difficulté ?

Oui, même après notre belle performance en D2 l’an dernier, on savait qu’on serait dans les derniers au classement car il y a vraiment un fossé entre la D2 et la D1 et que le fait de se maintenir parmi l’élite serait très difficile ; d’autant plus que nous avons perdu des joueuses cadres.
Cela dit, on ne commence pas une saison en se disant qu’on va perdre tous les matchs…

Une victoire en coupe de France, ça pourrait vous redonner des forces ?

Oui, depuis quelques mois on s’accroche toutes à cet espoir de victoire et ce week-end, nous avons un bon coup à jouer même à l’extérieur ! C’est une équipe que l’on connait bien, on sait que ça ne sera pas un match facile mais il faudrait vraiment une victoire, pas parce que cela changerait la donne, mais parce que ça nous permettrait de retrouver le plaisir de jouer.
Lorsque ton équipe prend 3 / 4 / 5 buts par matchs, dans les vestiaires c’est difficile psychologiquement et ça pourrait nous donner de la force de jouer les coups à fond au niveau du championnat. Rien n’est jamais perdu d’avance, la preuve c’est que même dans le foot masculin, ce genre de compétitions réservent de belles surprises.
Quoi qu’il advienne, je suis très fière de ce groupe et de l’état d’esprit qui y règne, une victoire serait une belle récompense pour tous les efforts que l’on a fourni ces derniers temps, en se battant avec nos armes, jusqu’au bout !

Recevoir Juvisy pour le dernier match, c’est cruel ou c’est une belle façon de dire au revoir ?

Une belle façon de dire au revoir, je préfère toujours voir le bon côté des choses et pourquoi pas essayer de faire un petit résultat sur ce match.

Ton podium à la fin du championnat ?

Lyon – PSG – Montpellier

CNAUDE-SIGNTon pronostic pour ce week-end ?

Victoire 2-1

5 minutes décalées : Si tu étais…

Une chanson ? Hallelujah de Jeff Buckley
Un parfum ? W de Banana Republic
Une tortue ninja ? Michelangelo, j’aime la peinture italienne  ;)
Un pays ? La Colombie, mon pays de coeur
Une boisson ? Le coca et la caïpirinha du Portugal !

Merci à Camille pour sa disponibilité.

Auteur : Koralee Cano

Crampons ou talons, Koralee a fait le choix de ne pas choisir et surtout d'en parler. Passionnée du détail, curieuse d'en savoir toujours un peu plus, elle décrypte l'univers du football féminin non sans une pointe d'humour.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie D1 Féminine

Comments are closed.

Plus dans D1 Féminine, Interviews
OLPSG
D1 Féminine – Paradoxal système

Une 14 journée aussi riche en suspense que pauvre en but, c'est là tout le paradoxe des rencontres qui se...

Camille Abily, pièce maitresse de l'attaque de Lyon
D1 Féminine – Camille Abilly “On est très déçues”

Découvrez les réactions lyonnaises, après la victoire du PSG,  samedi soir à Gelrand (0- 1).

laure boulleau psg
D1 Féminine – Laure Boulleau “C’est un bel exploit”

Découvrez les réactions parisiennes, après la victoire surprise de samedi soir face à Lyon, à Gelrand (0- 1).

Fermer