Bordeaux : Valentin Vada enfin Girondin ?

23
octobre
2012

Auteur :

Catégorie : Ligue 1

Valentin Vada, un jeune prodige des Girondins de Bordeaux

Valentin Vada : si vous n’êtes pas supporter aguerri des Girondins de Bordeaux, ce nom ne vous dit certainement pas grand-chose. Pourtant, ce jeune Argentin de 16 ans, courtisé par les plus grands clubs Européens, est actuellement la principale préoccupation administrative du club au scapulaire, loin devant la question des renouvellements de contrat de Yoann Gouffran ou Carlos Henrique. La raison ? Débarqué en Gironde fin 2010, celui que l’on décrit comme un futur prodige n’a toujours pas pu faire ses débuts en compétition officielle, la FIFA ayant pour l’instant bloqué sa licence.

Présenté comme la nouvelle pépite du football Argentin

Né le 15 mai 1995 à San Jorge, dans le Sud de la Patagonie en Argentine, Valentin Vada a effectué ses premiers pas de footballeur dans le centre de formation Argentin du Proyecto Crecer, filiale des Girondins de Bordeaux pour la détection de jeunes footballeurs (Emiliano Sala, actuellement prêté à Orléans, est également issu de ce partenariat).

Repéré très tôt par le club français, le jeune Argentin a fréquenté le centre de formation des Girondins deux fois par an depuis l’âge de 9 ans afin de faciliter son acclimatation, avant de l’intégrer définitivement l’année de ses 14 ans.

Droitier mais à l’aise des deux pieds, Valentin Vada est très doué techniquement. S’il n’est pas très rapide, il compense par sa vitesse d’exécution balle au pied et une lecture du jeu au dessus du lot. Dans le même sens, son petit gabarit ne lui permet pas de se frotter directement aux défenseurs centraux et d’évoluer comme un véritable avant centre. Cependant, son attirance vers le but et son adresse dans la zone de vérité n’en font pas non plus un véritable meneur de jeu, mais plutôt un neuf et demi. Une silhouette, un style et des déplacements qui ne sont pas sans rappeler un triple Ballon d’Or Argentin récent, même si la comparaison avec son modèle reste bien évidement prématurée.

Son entraîneur en U17, André Pénalva, dressait son portrait pour le quotidien Sud-Ouest, en avril dernier :

“Il ne ressemble pas vraiment à un attaquant de haut niveau, longiligne, rapide ou musculeux, il est même grassouillet car très gourmand. Comme on dit, tu ne sais pas trop où il est mais lui le sait ! Il sait jouer avec les autres, il sent bien les coups. Tu ne sais jamais ce qu’il va faire et il choisit la seule solution à laquelle tu n’avais pas pensé. Il a une prise de risque incroyable”.

Des caractéristiques qui ont permis au jeune Vada de marquer les esprits en avril 2012, lors du tournoi de Montaigu, réservé aux équipes de la catégorie d’âge des U17 : pour sa première compétition sous le maillot frappé du scapulaire, le gamin a terminé meilleur buteur de l’histoire du Tournoi (7 buts), meilleur joueur, vainqueur avec son équipe. Des débuts époustouflants qu’il n’a pas manqué de confirmer lors de son second tournoi à Bilbao, où son équipe s’est inclinée en finale : car si le club des Girondins a refusé de donner les statistiques de sa pépite pour éviter d’attirer les recruteurs déjà nombreux, on sait que le jeune Argentin a de nouveau été élu meilleur joueur du tournoi. Impressionnant !

La FIFA interdit le jeune joueur de jouer

Problème, Vada n’a eu que ces deux tournois pour s’exprimer. Car depuis bientôt deux ans, la FIFA refuse de délivrer la licence du jeune Argentin. Motif : le règlement interdit à un mineur d’être transféré dans une autre fédération, et l’instance Internationale refuse d’accorder une dérogation.

Une décision pour le moins surprenante, surtout quand on sait que Messi a débarqué en Catalogne à 13 ans et que l’on trouve des joueurs extra-communautaires de moins de 16 ans dans des clubs Portugais ou Anglais. D’autant que le jeune Vada possède un passeport Italien, qu’il est scolarisé et que sa famille vit et travaille en Gironde.

Pour obtenir gain de cause, Bordeaux a fait appel de cette décision auprès du Tribunal arbitral du Sport (TAS), qui a donné raison au club de Jean-Louis Triaud. Une nouvelle demande de licence (la 3ème) a donc été transmise à la FIFA, avec l’espoir d’une réponse enfin positive, puisqu’un règlement autorise les mouvements de joueurs communautaires à partir de 16 ans. « J’ai du mal à voir ce qui peut encore s’opposer avec toutes les pièces fournies, à ce que Valentin obtienne le droit de jouer », se lamentait Alain Deveseleer, directeur général du club.

En attendant la décision finale de l’instance numéro 1 du football international, le petit prodige s’impatiente et n’attendra plus longtemps : « la FIFA doit comprendre que je suis seulement un jeune footballeur qui veut jouer ! […] Je ne pense qu’à ce jour où je vais jouer pour de vrai . […] Mon agent m’a dit que Chelsea et le Real Madrid l’appelaient en lui promettant une licence dans les 24 heures si je venais chez eux. Moi je veux jouer à Bordeaux, mais je ne serai pas capable d’attendre jusqu’à mes dix-huit ans ! ».

Les Girondins sont donc prévenus, l’ultime chance de voir enfin sa pépite sous le maillot Marine et Blanc repose dans la décision qui sera rendue cette semaine au siège de la FIFA. Car en cas de nouveau refus, nul doute que le gamin ne patientera plus et s’envolera vers un des ogres Européens, qui, nous sommes prêts à parier n’auront pas de mal à tirer les bonnes ficelles pour obtenir gain de cause.

Verdict le 25 octobre au plus tard : dans l’entourage du jeune Vada ou du club Bordelais, on croise les doigts pour que cette belle histoire ne se termine pas en énorme injustice !

Auteur : Loïc Denibaud

Intervenant d'action sociale le jour, amoureux du football et du beau jeu le jour et la nuit.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Ligue 1

Plus dans Ligue 1
Analyse de la présence de l'OL sur le web
L’OL sur le web, à la recherche du temps perdu

On a connu l'OL des grandes époques, avec 7 titres de champion de France. Et puis plus rien. Bordeaux, l'OM,...

Les supporters d'Ajaccio vont retrouver les Bastiais pour un derby en ligue 1
Le “corsico” fait son retour

L'AC Ajaccio et le Sporting Club de Bastia vont se retrouver cet après-midi (14h00) pour la première fois depuis la...

ajaccio-bastia-ligue-1
9ème journée de Ligue 1 : les rencontres de dimanche (2/2)

On se demande bien pourquoi ce n’est pas l’affiche du « grand match » du dimanche soir. C’est l’un des...

Fermer