Bordeaux passe à la trappe, Tottenham a eu chaud

15
mars
2013

Auteur :

Catégorie : Europe

Francis Gillot, adepte du changement de stratégie

Pas de remontées fantastiques à l’image du Barça en Ligue des Champions ce soir, Chelsea s’est qualifié sans trop trembler sur sa pelouse, l’Inter s’est démené pour rien et Bordeaux a un sérieux problème d’attention. 

L’Inter maudit l’aller

Quel match de l’Inter de Milan ! Dans un stade qui y a cru au fur et à mesure que l’équipe balayait Tottenham, apparemment venu pour faire le nombre, sans Bale (suspendu) et avec Gallas. Au vu du match, l’inverse aurait été préférable. Cassano et Palacio, énormes, ont fait ce qu’ils ont voulu dans cette défense anglaise et ont rassuré un Hugo Lloris qui craignait pour sa place de titulaire après son match face à Liverpool. Pas de soucis, ce n’est pas sur celui-là que Friedel reprendra le dessus. Menés juste 1-0 à la mi-temps, une tête smashée de Cassano parfaitement placée, les Italiens se sont lâchés en seconde, Palacio étant récompensé de son très bon match par un but en un contre un. Antonio Cassano a ensuite remis les compteurs à égalité en marquant le 3eme sur un coup franc dévié deux fois, la dernière par Gallas en plein dans son but. Un CSC non attribué qui clos une performance catastrophique du défenseur français, très à la peine sur chaque accélération du duo d’attaque. Cependant c’est toute l’équipe de Tottenham qui a sombré ce soir, ne sauvant la face qu’en prolongation avec un but de renard d’Adebayor, sur une frappe repoussée par Handanovic. Tottenham pensait avoir fait le plus dur en marquant le précieux but à l’extérieur, condamnant l’Inter à marquer deux autres buts dans les 25 minutes restantes de la prolongation. Mais les Italiens n’abdiquèrent pas et jouèrent crânement leurs chances jusqu’au bout, avec une nouvelle passe décisive de Cassano pour la tête d’Alvarez, trompant Friedel pour la 4eme fois de la soirée. Il n’y aura pas de 5eme, fatale aux Anglais. Tottenham est qualifié, mais seulement grâce à son match aller.

Dans l’autre match de la possible remontée fantastique, le Zénith Saint Saint-Pétersbourg n’a marqué qu’un seul but face au FC Bâle, et passe à la trappe. Les Russes avaient pourtant ouvert le score à la 30e, après une grosse domination suisse, par Witsel sur corner. L’expulsion de Diaz a instauré une attaque-défense jusqu’à la fin du match, remporté par les Suisses qui peuvent remercier leur gardien Sommer, auteur d’un superbe arrêt sur un pénalty de Shirokov à la 85e !

Les autres Russes de Kazan sont allés jusqu’aux prolongations à cause d’un score nul et vierge, mais Rondon puis Dyadyun sur un contre mettent finalement fin à la belle aventure de Levante et éliminent le dernier club espagnol de cette Europa League, alors qu’ils étaient 3 dans le dernier carré l’année dernière !

Bordeaux, l’espace d’une minute

Bordeaux avait besoin d’en marquer plus d’un face au Benfica et surtout ne pas en prendre. Après un début de match réussi ponctué par des occasions des deux côtés, cet objectif vole en éclat lorsque Carrasso décide de changer de sport et se lance dans la pêche sur un corner, Jardel mord à l’hameçon et marque dans le but vide. Il faudrait en marquer trois pour que les girondins se qualifient. Quand on pense qu’ils n’en ont pas marqué au moins deux dans un match depuis un mois, on se dit que c’est déjà mort.

Bordeaux, après une seconde mi-temps à son avantage où Benfica ne fait que reculer, marque finalement son premier but face aux Portugais à la 74eme, sur un coup franc lointain envoyé vers la surface, le défenseur se troue et laisse à Diabaté l’occasion d’enclencher une belle reprise de volée. On se prend à rêver, pour une minute seulement, le temps que Gaitan d’une balle piquée trouve Cardozo qui d’un crochet efface Henrique et Carrasso et éteint définitivement tout espoir pour les Girondins. Une situation qui se reproduit dans le temps additionnel, Bordeaux égalise sur corner, mais dans la foulée Cardozo redonne l’avantage à son club. Sur ce match, Bordeaux a prouvé que l’équipe avait du cœur, mais aussi des sacrés moments d’inattentions, et quitte la compétition plein de regrets.

Chelsea passe, Kozak en grande forme

Dans les autres matchs: Newcastle, dominé par une équipe russe de l’Anzhi en infériorité numérique, commence à apprécier le temps additionnel. Déjà vainqueur la semaine dernière par un but de Cissé dans les arrêts de jeu, celui-ci a réitéré la performance en marquant à la 93e minute ! Newcastle a surtout défendu, mais a le mérite d’être en quart de final et d’éliminer le club d’un Samuel Eto’o, pourtant déterminé à faire quelque chose dans cette compétition.

Chelsea s’est lui sorti du piège roumain. Battu à l’aller par le plus petit des scores, mais avec une passivité qui laissait songeuse sur la motivation des joueurs pour cette Europa League, les Blues ont redressé la barre en s’octroyant une petite frayeur avant la mi-temps, le défenseur Chiriches répondant à l’ouverture du score un peu laborieuse de Mata (une frappe contrée par le gardien, mais qui rentre à l’aide du montant). C’est ensuite Terry sur coup-franc puis Torres d’une frappe croisée qui ont redonné de l’allant au club londonien. Toutefois, le peu de confiance que Torres a pu acquérir avec son but s’est volatilisé avec un nouveau pénalty tiré sur la barre en fin de match. Chelsea reste le favori de la compétition, histoire de compenser une fin de championnat axée autour des places pour la Champion’s.

Un autre club qui pourrait sauver sa saison en allant loin, c’est la Lazio. Largué pour le titre après avoir été un outsider majeur, l’autre club de Rome a battu sans problème le VfB Stuttgart avec un triplé de son buteur européen : Libor Kozak, qui n’a pas marqué un seul but en championnat, mais en est maintenant à 10 en Europa, après le triplé de ce soir. Hajnal a sauvé l’honneur pour les Allemands.

Galatasaray s’est qualifié pour les quarts de la Ligue des Champions? Son ennemi de toujours, Fenerbahçe ne pouvait en faire autrement et s’est imposé grâce à son but du match aller, le retour se concluant sur un nul un but partout, pas de quoi pavoiser face au rival d’Istanbul, mais c’est toujours ça de pris !

Auteur : Christophe.C GARNIER

Passionné de foot et spécialement fan de tout ce qui se fait outre-Manche depuis 10 ans.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Europe

Plus dans Europe
Diego Lopez gardien Real Madrid
Diego López, l’intérimaire de la Maison Blanche

Diego López Rodríguez, 1m 96. Non, ne faites pas les experts, vous étiez peu à savoir de qui il s’agit...

L'entrée de Bernabeu, le stade du Real Madrid
Liga : Madrid retrouve sa hiérarchie

Depuis ce week-end, le dauphin du FC Barcelone a changé, il est certes toujours madrilène, mais ce ne sont plus...

porto-malaga-ldc
Malaga – FC Porto, ne pas regretter le match aller

Découvrez le focus sur le match du jour en 8ème de finale retour de la Ligue des Champions entre Malaga...

Fermer