Bordeaux dans l’été indien

03
août
2016

Auteur :

Catégorie : Ligue 1

toulalan-girondins-bordeaux

Cette intersaison 2016-2017 est une nouvelle transition pour le club des Girondins de Bordeaux. Changement de staff, départs pour fins de contrat, arrivées sexy. À Bordeaux, nous sommes surpris par le virage pris par la direction après un mercato hivernal placé sur l’autel des golden babys. Malcom, Arambarri et Bernardoni sont arrivés sur les bords de la Garonne et portent l’étiquette des joueurs en devenir. Tous comme les joueurs du cru tels que Guilbert, Vada ou autre Adam Ounas. Jocelyn Gourvennec est arrivé surmotivé au FCGB pour redorer un blason en berne, piétiné par les égos et carences de certains énergumènes qui ne méritent pas leur statut. Un vent nouveau souffle sur le Haillan. À une semaine de la reprise, APP fait le point sur un effectif qui s’affine et qui donne envie d’être vu.

Un mélange d’expérience

La bonne côte chez les coachs français a décidé de signer chez les Girondins pour poursuivre son développement professionnel. Ainsi, Jocelyn Gourvennec arrive pour DEUX saisons. Sa mission est simple, arriver à faire de Bordeaux un club européen et faire remplir Gallice (ou Matmut Atlantique, pour ceux qui aiment l’argent). Autrement dit, redonner au FCGB ses lettres de noblesse. La mission est de taille pour l’ex-coach de Guingamp, d’ailleurs pleuré encore par les Bretons qui sont tristes de son départ, même s’ils savaient que ce jour allait bien arriver. À l’inverse de Francis Gillot (avec Maurice-Belay) et Willy Sagnol (avec Diego Contento), l’ancien joueur passé par Nantes n’a pas emmené de joueurs dans sa valise. Sankharé et Briand étaient, un temps, pistés, mais si l’un a préféré partir (Sankharé au LOSC), l’autre est resté à l’EAG. Au lieu d’arriver et d’attendre les rapports des recruteurs, le nouvel entraîneur bordelais a proposé deux noms, ceux de Jérémy Toulalan et Jérémy Ménez.

.

menez-bordeaux

.

Deux joueurs en fin de cycle dans leurs clubs respectifs, en quête de plaisir et de relance. C’est en tous cas ce que les deux néo-Girondins ont évoqué dans leur conférence de presse de présentation. Ce mélange d’expérience entre des jeunes talentueux mais encore frêles et des joueurs confirmés, d’expérience et dont le poids dans un vestiaire n’est plus à prouver, peut donner un package plus qu’intéressant. Sur le papier, les critiques ne peuvent qu’applaudir le travail fourni. Sur le papier, les supporters ne peuvent qu’être satisfaits de voir ces deux joueurs arriver. Joueurs qui vont remplir les travées de notre si beau stade. En soi, la première mission de Gourvennec est d’ores et déjà réussie.

Compter sur le centre

Lyon est un modèle dans le paysage français, Bordeaux est un autre exemple à suivre. Si les Girondins n’ont pas une période dorée comme celle de l’OL où une large majorité des professionnels viennent de la formation, ils peuvent se targuer de pouvoir sortir chaque année des joueurs en devenir. Prévus comme imprévus. Adam Ounas n’était attendu de personne et nous a régalé dans cette saison bien morose. Technique, vif, dribbleur et pas maladroit du gauche, il incarne la nouvelle génération des ailiers. En levant la tête, il sera un joueur plus complet et bien plus prisé. Valentin Vada, lui, est un joyau qui commence à être bien poli. Impressionnant dans la passe, il a comme tuteurs Jaroslav Plasil, Greg Sertic et désormais Jérémy Toulalan. Avec ces joueurs, facile de grandir au plus haut niveau. Reste à savoir s’il va, d’ailleurs comme le franco-algérien, confirmer. Sa prolongation à venir jusqu’en 2020 (ou 2021) va lui enlever une pression de travail et lui donnera son entière concentration pour devenir un titulaire au sein d’un milieu fourni.

.

toulalan-bordeaux

.

Malcom est un vrai crack. Épatant à l’entraînement, le brésilien a montré en une dizaine de matchs qu’il ne serait pas le Deivid 2.0. Monstrueux balle au pied, plutôt collectif (ce qui n’est pas une faible qualité vu les jeunes ailiers actuels en général), il caresse à la perfection le ballon sur chaque corner et ne galvaude pas son talent sur coup-franc. Il sera sûrement titulaire sur le flanc gauche de l’attaque.

Quels objectifs ?

Pour le président, “au standing du club, dans les six-sept premiers”. Mais Jean-Louis… Comment peux-tu dire ça après ce recrutement ? Avec l’arrivée des Jérémy’s et la signature du talentueux Youssouf Sabaly (secret de polichinelle), Bordeaux se retrouve avec une équipe complète, peut-être un poil déséquilibrée (des carences en défense). Mais sur le papier, le club au scapulaire a bien plus d’arguments que la saison passée. Les indésirables Yambéré, Poko et Sané (parti négocier avec le Werder Brême) sont partis ou en instance de départ. Ces joueurs nous ont coûté des points, ils ne seront désormais plus là. Aux forces en présence de faire le nécessaire pour jouer le Top 5, accessible pour cet exercice.

.

malcom-bordeaux

.

Un vent de fraîcheur souffle sur la Garonne bordelaise. De nouvelles têtes, des têtes que nous ne voulions plus voir la silhouette ne sont plus là, il se passe de bonnes choses. Les matchs amicaux laissent des promesses pour la suite en dehors de la déroute contre Angers (0-3). En tous cas, depuis longtemps les supporters bordelais n’ont été enthousiastes avant un début d’exercice. Depuis la saison 2010-2011 probablement. Six ans de galère, n’espérons pas rentrer dans la maxime “sept ans de malheur”. On en a assez.

Auteur : Clément Finot

Clément, 18 ans, ambition journaliste sportif. Supporter et fan absolu des Girondins depuis 2007, mais surtout, de la mauvaise foi du président Triaud. Sinon, amoureux du Barca et de l'AC Milan

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Ligue 1

Plus dans Ligue 1
L'exploit réalisé par Dupraz et sa bande en fin de saison n'aura de sens que s'il marque un véritable tournant pour le club toulousain.
TFC : Un exploit synonyme de tournant ?

Il y a à peine quinze jours, le TFC validait son maintien au terme d’une rencontre spectaculaire à Angers, à...

Le temps est maussade sur la Canebière. Etat des lieux après une saison qui semble avoir durablement touchée le club...
OM : Que reste t-il de nos amours?

L'on chercherait que l'on ne trouverait pas de meilleure hymne à l'OM actuel que la rengaine de Trenet devenu classique...

On a demandé à deux fans de l'OM et du PSG leurs impressions avant cette grande finale de Coupe de France.
@Najetrami et @Im_Eden nous donnent leurs avis sur la finale #OMPSG

Ce samedi 21 mai au stade de France s'affronteront le PSG et l'OM en finale de la coupe de France....

Fermer