Bernard Casoni sauveur de Lorient, vraiment ?

09
novembre
2016

Auteur :

Catégorie : Ligue 1

supporters-lorient

L’entraîneur originaire de Cannes vient d’être nommé à la tête du FCL actuel lanterne rouge de Ligue 1. Le CV d’entraîneur de l’ancien défenseur international français n’a pas de quoi rassurer les supporters inquiets. Peut-il sauver le club de la relégation?

Le départ de Gourcuff : un élément déclencheur

Actuel lanterne rouge de Ligue 1, Loïc Féry avait décidé il y a plus de quinze jours de se séparer de Sylvain Ripoll. Après 25 années de bons et loyaux services en tant que joueur, adjoint de Christian Gourcuff puis entraîneur Sylvain Ripoll s’est vu recevoir une lettre de licenciement. L’histoire était belle pourtant. Loïc Féry, après plusieurs choix critiquables, avait décidé de jouer la sérénité et le calme en nommant Sylvain Ripoll entraîneur principal en remplacement de Christian Gourcuff, parti fâché. Les tensions entre Gourcuff et Féry se sont faites ressentir à plusieurs reprises jusqu’à ce transfert de Mario Lémina vers l’OM qui fut l’élément déclencheur du départ de l’historique entraîneur lorientais.

Pourtant celui-ci a marqué l’histoire du club en y passant plus de vingt ans de sa vie à fabriquer ce style de jeu si particulier qu’est “le jeu à la lorientaise”. Un jeu encore prôné par Sylvain Ripoll l’an passé et cette année mais les résultats ont fuit la volonté de jeu. Depuis 1989, aucun entraîneur du FC Lorient n’avait été limogé. Une première historique qui risque de laisser des traces.

Roland Courbis? Hubert Fournier? Eric Roy ?…. Non! Casoni !

Dix huit jours durant lesquelles Lorient évoluait sans entraîneur, à la recherche du bon profil. Loïc Féry s’est activé longuement et y a laissé beaucoup de temps pour finalement pas grand chose… Les négociations étaient sur le point d’aboutir avec Roland Courbis mais celui-ci a décliné l’offre ayant de nombreuses obligations contractuelles et administratives avec RMC particulièrement. Féry s’est donc tourné vers Hubert Fournier, un profil très intéressant pour l’actuelle lanterne rouge de Ligue 1. L’ancien entraîneur de Lyon mais aussi de Reims pouvait offrir à Lorient un regain de confiance. Hubert Fournier était le choix numéro un des supporters mais aussi du président lorientais après le refus de Courbis.

Pour autant, Hubert Fournier et Loïc Féry sont deux personnalités à fort caractère. Fournier s’était mis d’accord sur toutes les conditions sauf une : celle de venir seul. Voulant travailler de manière sereine et efficace, Fournier souhaitait la venue de Nicolas Usaï, ex-entraîneur de Marseille-Consolat, comme adjoint. Loïc Féry refuse la condition mais laisse au tacticien le temps de la réflexion avec comme souhait qu’Hubert Fournier revienne sur sa position. Que nenni. Les négociations se sont donc stoppées nets devant la barrière imposée par Loïc Féry. Pourquoi imposer à Fournier de venir seul au FCL ? Le président lorientais souhaitait-il jouer la stabilité du staff ou ne voulait-il pas dépenser plus d’argent dans un nouveau staff? Quand on a la chance d’être en négociations avec un entraîneur du calibre de l’ancien lyonnais ayant disputé la Ligue des Champions avec les Gones et ayant fait remonter Reims de Ligue 2 en Ligue 1, le choix est vite fait.

La condition imposée par Fournier ne paraissait pas insurmontable à réaliser en soit. Les négociations ont également capoté avec Eric Roy, l’actuel consultant de BeIN Sports, pour les mêmes raisons que Fournier. Le président lorientais s’est donc tourné sur un choix de seconde zone qui accepterait les conditions qu’il imposait. Bernard Casoni a fait office de bon samaritain en acceptant les conditions posées par le président. Il faut dire qu’une telle opportunité offerte à Casoni ne s’est pas beaucoup présentée dans sa carrière d’entraîneur.

.

bernard-casoni

.

Bernard Casoni : Un entraîneur limité pour la Ligue 1

Après une belle carrière de joueur professionnel au poste de défenseur, Bernard Casoni s’est tourné vers le banc de touche avec très peu de réussite. Alors que le FCL est réputé pour sa stabilité, on ne peut pas en dire autant de Casoni. Avec Lorient, l’entraîneur originaire de Cannes va connaître son treizième club en tant qu’entraîneur en dix huit années de profession. Un parcours semé d’embûches. Dans tous les clubs où il est passé, l’entraîneur n’a pas laissé que des bons souvenirs. Tous sauf un.

A Evian TG, Casoni est nommé à la tête du club alors en National, il s’ensuit une remontée fantastique jusqu’en Ligue 1 lui offrant l’honorable titre de meilleur entraîneur de L2 en 2011. Plusieurs conflits d’intérêts avec Pascal Dupraz et la direction l’ont poussé vers la sortie six mois après ces débuts en Ligue 1 avec l’ETG. La suite fut beaucoup plus triste. En quatre années, il se fait licencié à quatre reprises faute de résultats (Club Tunisien, AJ Auxerre, Valenciennes, Vidéoton). Depuis Août 2015, Casoni n’a plus entraîné. Un bilan plus qu’inquiétant pour un club malade et en pleine recherche de stabilité et de confiance. Il se voit offrir là une belle opportunité de racheter ses déboires et casseroles d’entraîneurs.

Lorient, dernier de Ligue 1, avec un entraîneur n’ayant pas fait ses preuves depuis de longues années s’embarque dans un long chemin de croix. L’arrivée de Bernard Casoni ne garantie pas à Lorient de meilleurs résultats que sous l’ère de Sylvain Ripoll. Beaucoup de bruits pour pas grand chose. Bernard Casoni n’est-il pas un choix par défaut, faute de trouver mieux ? Espérons pour Loïc Féry que sa volonté de conserver le staff actuel sans déplacer une seule pièce de l’échiquier lorientais ne va pas pousser Lorient à l’échec et mat.

Crédits photos : sport.gentside.com / www.lorient.maville.com

Auteur : Quentin Burban

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Ligue 1

Plus dans Ligue 1
om-psg-2011
Il y a 5 ans, le PSG version Qatar perdait son premier classique

C'était le 27 novembre 2011, le néo-PSG à la sauce Nasser concédait sa première défaite lors d'un "Classique". Souvenez-vous, Gameiro,...

matthieu-bideau-responsable-recrutement-fc-nantes
Matthieu Bideau : « La formation doit rester la force vive du club »

Passé par le centre de formation du FC Nantes à la fin des années 90 où il a côtoyé la...

app-om-fcgb
OM-FCGB : où en sont nos âmes en peine ?

L'an passé ici même sur APP, nous vous parlions de nos deux clubs de cœurs respectifs, Marwen et moi. Avant...

Fermer