Benzema, au-delà du football

14
avril
2016

Auteur :

Catégorie : Editos / Euro 2016

L'autre son de cloche sur l'officialisation de la non sélection de Karim Benzema à l'Euro estival.

C’est désormais officiel : Karim Benzema ne participera pas à l’Euro 2016, malgré une dernière tentative désespérée de sauver les meubles, en clamant son amour pour le maillot bleu à travers un message posté le matin même sur les réseaux sociaux, assorti d’une compilation des plus beaux buts face à l’Arménie, la Finlande et la Jamaïque. Une opération de comm’ savamment orchestrée, qui n’aura donc pas suffi à faire pencher la balance en sa faveur.

L’annonce de la mise à l’écart du joueur du Real n’a fait qu’amplifier la fracture existant entre les « anti » et les pro-Benzema, ces derniers s’offusquant de la mise à l’écart du meilleur attaquant français sur le papier et criant à l’acharnement politico-médiatique, tout en rappelant que l’homme bénéficie, comme le veut le système judiciaire français, de la présomption d’innocence.

S’il est difficile de leur donner tort sur ce dernier point, il n’en demeure pas moins que les faits qui lui sont reprochés sont particulièrement accablants. Comment prendre le risque de convoquer un joueur mis en examen dans une affaire de chantage à l’encontre d’un de ses propres coéquipiers, quand on sait qu’une compétition comme l’Euro se joue souvent sur la capacité d’un groupe à vivre ensemble pendant un mois ?

L’équipe de France 98 en est le parfait exemple. Elle n’était probablement pas la plus talentueuse, mais peut-être la plus soudée. La sélection d’un joueur comme Dugarry (le pote de Zidane, Deschamps & co) au détriment d’Anelka, vivement critiqué avant la compétition, est le symbole que la dynamique collective prime parfois sur le talent individuel.

En se passant des services de Benzema, DD et NLG ont donc fait le choix du collectif, et rappelé qu’aucun joueur – aussi talentueux soit-il – n’est au-dessus de l’équipe. À l’heure du foot business où seul le résultat compte, on ne peut que se réjouir que l’éthique et la morale l’emportent – dans un sport qui en manque parfois cruellement – sur les intérêts sportifs et financiers, et que les valeurs humaines prennent le pas sur la valeur sportive et marchande (poke @SergeAurier).

Une sélection nationale n’est pas un club de foot et ne se gère pas de la même façon. Ce n’est pas qu’une simple accumulation des joueurs les plus talentueux : elle a aussi un rôle de représentation et véhicule une certaine image du pays qu’elle représente. Une image fortement écornée au cours des dernières années, entre les innombrables affaires sportives et extrasportives impliquant les Bleus depuis 2010 : Knysna (Anelka vs Domenech), affaire Zahia (Ribéry, Govou et… Benzema), affaire Nasri vs L’Équipe, virée nocturne des Espoirs avant France-Norvège 2012…

Il est d’ailleurs intéressant de constater que ces mêmes Espoirs avaient écopé d’une sanction exemplaire, allant d’un an (Griezmann, Mavinga, Ben Yedder, Mbaye Niang) à un an et demi de suspension pour le multirécidiviste Yann Mvila, privé par la même occasion de Coupe du Monde 2014. Une décision sans doute plus facile à prendre à une époque où Griezmann (notamment) ne crevait pas encore l’écran comme c’est le cas aujourd’hui, mais qui avait suscité bien moins d’indignation à l’époque…

benz

“C’est pas compliqué Karim, tu vas sur FFF.fr, tu te connectes sur ton espace perso et tu cliques sur “Consulter l’historique des sanctions”

Auteur : Bastien Pyz

Breton du Nord exilé dans le Sud (Nantes). Comme Obélix et la potion magique, je suis tombé dans le chaudron du Roudourou étant petit. Supporter guingampais comblé, et amateur de foot british.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Editos

Plus dans Editos, Euro 2016
benzema-equipe-de-france
Euro 2016 : Benzema, le vilain petit Karim

En ce soir du treizième jour d'avril, je peux établir un constat sans appel : il est des principes fondamentaux qui...

La trêve internationale vient de se terminer et faisait office de dernière répétition pour l'Euro 2016. APP en profite pour tirer 5 enseignements.
5 enseignements à 2 mois de l’Euro 2016

La trêve internationale de Mars vient de se terminer et faisait office de dernière répétition pour l'Euro 2016 qui débute...

jean-resseguie
“Mon Euro de rêve” avec Jano Rességuié

À cinq mois de l’Euro 2016, APP vous propose de retrouver chaque mois un ou plusieurs rendez-vous décalés avec un acteur...

Fermer