Benfica, la fin de la malédiction ?

24
mars
2019

Auteur :

Catégorie : Europe

Musée des trophées de Benfica

Immanquablement, chaque saison, lors de la constitution des poules de ligue des champions on voit apparaître des habitués, des grands clubs dont les équipes cependant ne sont plus habituées à jouer les premiers rôles internationaux depuis longtemps.

Benfica est de ceux-là, ses 81 trophées remportés témoignent de l’importance de l’institution portugaise, mais lorsque le Bayern, Barcelone ou même le PSG se rend à l’Estadio da Luz, aucune appréhension ne vient paralyser leurs joueurs qui s’en sortent en général avec moindre mal. Cette saison, placé dans le même groupe que l’Ajax et le Bayern, les hommes de Bruno Lage n’ont jamais été en mesure de lutter pour la qualification en 1/8èmes, tout juste ont-ils réussi à accrocher l’Europa League grâce aux 2 victoires acquises face à l’AEK Athènes, dernier et fanny du groupe (0 point).

Qualifiés pour les ¼ de finales de la C3, opposés à l’Eintracht de Francfort, les lisboètes ont l’occasion de redorer leur blason continental, mais de là à ramener le trophée au siège de l’Avenue Eusébio da Silva Ferreira, il y a un pas qui sera difficile à franchir. Non seulement, il leur faudra vaincre les allemands, mais ensuite, Chelsea, Valence ou Naples, voire Arsenal, semblent d’un autre niveau que les Aigles. Mais, en plus de cela il faudra aussi compter avec un élément paranormal qui poursuit les benfiquistes depuis près de 60 ans, une malédiction qui les a privés de toute victoire malgré 8 finales européennes depuis 1962.

Ce mauvais sort n’est pas seulement factuel, il ne se résume pas à une série de défaites et du fatalisme, mais il a été prédit par un homme, et ce, pour 100 ans ! Qui donc a été à l’origine de cette prédiction ? Il faut revenir à 1962, alors que les coéquipiers du jeune Eusébio venaient d’être sacrés double champions d’Europe. Il s’agit de Bela Guttman, hongrois de naissance, était un ancien joueur, défenseur, international participant aux Jeux Olympiques en 1924, mais qui poursuivit sa carrière aux USA, alors que le football y était balbutiant.

Statue de Bela Guttmann

Devenu entraineur, il débarqua dans la capitale portugaise en 1959, et transforma rapidement l’équipe en une des meilleures du continent, emmenée par le capitaine Mario Coluna et le jeune Eusébio. Après ses deux trophées, Guttmann se sentait en position de force et demanda au club une revalorisation salariale qu’il n’obtiendra finalement pas. Déçu, il quitta alors le club et le maudira en lançant cette prédiction devenue célèbre et maléfique :

Je m’en vais en vous maudissant. À partir d’aujourd’hui et pendant 100 ans, Benfica ne remportera pas une Coupe d’Europe.

La malédiction allait s’opérer alors dès le départ du sorcier hongrois, si bien que Benfica n’a plus remporté de coupe d’Europe, C1, C2 ou C3, et a échoué en finale, battu lors des finales de C1 de 1962-63, 1964-65, 1967-68, 1987-88 et 1989-90, ainsi que lors des finales de C3 de 1982-83, 2012-13 et 2013-14). Pour parer la malédiction, le président du Benfica Luís Filipe Vieira, décida même d’ériger une statue de Guttmann en 2014 de plus de deux mètres fabriquée en Hongrie avec ses deux C1 dans les mains pour chasser la malédiction en faisant revenir l’esprit du hongrois. La réponse viendra dans les prochaines semaines, cette initiative mettra t-elle fin à la malédiction ? Il faudra déjà passer contre Francfort les 11 et 18 Avril !

 

Crédits photos

Auteur : Gilmon

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Europe

Plus dans Europe
Maurizio_Sarri_ChelseaFC
Et le château de carte de Sarri s‘écroule

Alors qu’il était l’auteur d’un très bon début de saison, Maurizio Sarri est en train de perdre le contrôle de...

Angel_Di_Maria
Angel Di Maria : l’Ange déchu des Reds Devils

Décisif face à Manchester United lors du 8e de finale aller, Angel Di Maria n’a définitivement pas sa place dans...

Allan Simonsen ballon d'or
Les “second-couteaux” du ballon d’OR

Le ballon d’or est devenu une institution, la bagarre pour le lauréat 2018 fait rage à coups de déclarations pouvant...

Fermer