Barton, un CV qui en dit long …

10
septembre
2012

Auteur :

Catégorie : Ligue 1

Joey Barton présenté au stade vélodrome

Joey Barton, ce nom résonne sur la cannebière depuis maintenant une quinzaine de jours où les fans olympiens se réjouissent de l’arrivée du « bad boy » anglais en prêt pour une saison. Pourtant, excepté l’Europa League, ils ne le verront pas jouer avant la 13ème journée de L1 et le déplacement de l’OM à Bordeaux, faute d’être suspendu. La Fédération Anglaise de Football a en effet infligé au joueur une suspension de 12 matchs lors de la dernière journée de Première League face à City (2-3) pour avoir provoqué une bagarre à trois reprises. Cette dernière a souhaité que sa purge soit maintenue, chose que la LFP s’est empressé de faire en bon élève …

Un passé peu glorieux

Mais l’ancien joueur de QPR n’en est pas à son premier coup d’essai. Que ce soit sur ou en dehors des terrains, adversaires ou partenaire, ce british ex-patrié en France traine avec lui une réputation loin d’être exemplaire. Les premières frasques remontent en 2004 lorsque Joey, alors joueur de Manchester City écrasa un cigare dans l’œil d’un de ces partenaires lors d’une soirée trop arrosé. S’en suit d’autres agressions, notamment celle du français Ousmane Dabo en 2007. Bref un « palmarès » dont on se passera des détails.

Joey Barton lors du dernier match face à Manchester City

Joey Barton lors du dernier match face à Manchester City

Une particularité qui fait sa force

Cependant, en arrivant à Marseille avec son style bien à lui, Barton s’offre une nouvelle sortie médiatique, cette fois. Ayant grandis dans les banlieues chaudes de Liverpool où la loi du plus fort primait, Joey s’est construit une mentalité et une persévérance à tout épreuve qui font de lui aujourd’hui l’un des plus grand bâtant sur le gazon, ne lâchant rien pendant 90minutes où plus. Un joueur de caractère donc, qui part sa hargne, son expérience et son personnage pourrait faire craquer une équipe à lui tout seul… C’est très certainement ce qui manquait dans cet effectif Marseillais très jeune. Le directeur technique José Anigo sait la portée médiatique de son club et ce transfert serait une façon de faire parler du club, de rassurer les supporters en leur assurant une certaine combativité sur le terrain. A l’heure d’aujourd’hui, personne ne connaît les conséquences de l’arrivé de ce « bad boy », une chose est sûre, il « mouillera le maillot ».

 

Auteur : Alexis Sourisseau

Alexis, dépendant de foot indépendamment de sa volonté.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Ligue 1

Plus dans Ligue 1
lille-psg
Un Week-end en Ligue 1 (4/38)

Cette 4e journée a été marquée par le choc entre Lille et Paris, la confirmation marseillaise, la fin de série...

waldemar-kita
Kita, un quinquennat plus tard…

Dans les travées de la Beaujoire les soirs de matchs, un nom revient très souvent dans les discussions, Waldemar Kita....

marco-verratti-psg
Le PSG déjà sous pression

On les attendait en haut de l’affiche. Pourtant, après deux journées de championnat, les Parisiens font grise mine. Toujours en...

Fermer