Barrages périlleux pour les Bleus

09
septembre
2013

Auteur :

Catégorie : Edito / Équipe de France

Nos Bleus sont certes encore maîtres de leur destin. Mais pour viser les barrages. Avec des lacunes qui ne laissent pas optimistes.. Focus.

Le nul en Géorgie (0-0) est loin d’inciter à l’optimisme. Décriés de toutes parts à cause d’une attaque stérile et un profil encore flou, les hommes de Deschamps se dirigent, sauf surprise, vers des barrages. Un obstacle de plus vers le Brésil, où la qualification pour la CDM ressemble à un chemin de croix. 

Qu’il nous semble loin ce match en Espagne où les Bleus étaient venus chercher ce «nul aux parfums de victoire». Que cet enthousiasme et cette euphorie paraissent étranger lorsqu’on se penche sur une équipe qui montre tant de lacunes. Et ne ressemble aucunement à cette formation qui nous avait comblé de joie un soir d’automne 2012, à Madrid. Et pourtant seuls quelques mois ont passé depuis cet exploit. Depuis ? Une longue et douloureuse déliquescence cristallisée par le mutisme interminable de Benzema (presque 20h sans marquer), mais surtout la remise en cause d’un coach qui a pourtant symbolisé si longtemps la «France qui gagne».

Le malaise est profond. La presse déverses ses rancoeurs, les supporters crient à l’arnaque. Comment peut-on décemment prétendre à rentrer dans le gotha européen et aligner cinq matchs sans marquer, et surtout sans convaincre. Pis. Ce qu’avaient su faire les Français en Espagne (1-1) et en Italie (1-2), à savoir un pressing haut, un jeu dynamique et imprévisible a disparu comme par enchantement. Si les plus optimistes retiendront les vingt dernières minutes de bonne facture en Géorgie, on ne perdra pas de vu que ne pas gagner contre le 68e au classement FIFA est, tout sauf un gage d’assurance avant d’aborder un déplacement en Biélorussie et la réception de la Finlande. Deux matchs, qui deviendront vraisemblablement, des matchs-test en vue des barrages les 15 et 19 novembre prochain.

Outre la liste des probables adversaires (soumis à un statut de tête de série), nos inquiétudes viennent plus de notre équipe que des autres. Compter sur la prétendue faiblesse d’un adversaire ne nous ouvrira pas les portes du Brésil si on ne soigne pas nos faiblesses d’abord. A commencer par le plus criant, cette terrifiante inefficacité qui handicape toute une équipe de par les conflits quant à la titularisation permanente de Benzema et un système pas construit sur un joueur en confiance. La faible imagination, un comble quand on compte dans ses rangs le meilleur joueur européen de l’année mais passons, et le jeu stéréotypé sont désespérants. Le nombre de possibilité et la qualité intrinsèque de chaque joueur sur le papier est pourtant loin d’être ridicules. Mais quand la mayonnaise ne prend plus..

Jurisprudence Irlande 2009 oblige, personne ne prendra à la légère les futurs barrages. Bien au contraire. Conscients des insuffisances des troupes de «DD», les observateurs trembleront sûrement plus que l’équipe qui sera choisie pour affronter les Bleus, sans doute pas mécontents de tomber sur une équipe dans un tel marasme. Des déplacements casse-gueule et ces fameux genres de matchs «où tout peut arriver». Surtout le pire. Oui, le pessimisme est désormais de mise. A moins que l’EDF enfile enfin ses habits de ténor et sachent se faire respecter dans les matchs à enjeu. Presque étranger, mais bon, il paraît qu’à une époque, nos Bleus étaient comme ça. Alors bon…

Auteur : Fabien Burgaud

Fabien : motivation le journalisme sportif. Supporter du FCN et amoureux du football.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Edito

Comments are closed.

Plus dans Edito, Équipe de France
ennui-equipe-de-france
Géorgie-France, comment rattraper les heures de sommeil en retard.

Cela fait des années que les matchs de la France étaient particulièrement ennuyeux, mais hier soir on a atteint le...

Qui est vraiment Javier Pastore ? Un pétard mouillé qui aura quand même coûté 42 millions d'euros. Analyse d'un fiasco, dont la Ligue 1 est coutumière.
Pastore, un gâchis sans nom

Voilà déjà deux ans que le milieu Argentin oscille entre le très bon et le médiocre. Sa prestation exécrable contre...

ol-reims
Lyon, déliquescence programmée ?

On vantait sa fougue irrésistible et sa jeunesse triomphante. Désormais on pointe son inexpérience, sa naïveté et son manque de...

Fermer