Aurélie Gagnet (U19 F): «Tout est réuni pour faire de belles choses»

02
avril
2013

Auteur :

Catégorie : D1 Féminine / Equipe de France Féminine

aurélie-gagnet

Si l’année 2013 va être marquée par le déroulement de l’Euro Féminin pour l’équipe de France A, la génération féminine française des U19 s’apprête également à défendre nos couleurs pour espérer disputer la phase finale de « leur » Euro, dont le dernier tour qualificatif, le Tour Elite, est sur le point de se dérouler en Belgique du 4 au 9 avril.  Au programme des Bleuettes, rien moins que la Belgique, la Suisse et la Russie.

Aurélie Gagnet est l’une d’entre elles. Cette jeune et talentueuse joueuse compte déjà 7 sélections nationales avec les U19 Féminines et évolue à Montpellier HSC (4 matches avec la D1 Féminine et 9 en Challenge National U19 Féminine). Elle a eu l’extrême gentillesse, pour APP, de répondre à nos questions !

L’Équipe de France

APP : « Bonjour Aurélie ! Nous tenons à te remercier de nous accorder quelques minutes pour parler de toi, de la sélection des U19 et de ton parcours. Comment vas-tu ?

Aurélie GAGNET : Bonjour, je vais très bien merci.

APP : Dans le cadre de la préparation au 2nd Tour de Qualification à l’Euro 2013 des U19 Féminines, vous avez disputé le Tournoi de la Manga à Carthagène, en Espagne, au début du mois de mars. En remportant vos trois rencontres face à l’Italie (2-1), les Pays-Bas (2-0) et l’Islande (2-0), vous avez terminé en tête de ce tournoi et tu as notamment défendu les couleurs nationales devant les Italiennes et les Islandaises. Comment t’es-tu sentie lors de ces rencontres ? Comment as-tu vécu ce tournoi ?

Aurélie Gagnet - MontpellierA.G. : C’était une super expérience. Quelles que soient les équipes que l’on rencontre, c’est toujours un honneur de porter le maillot bleu. Je me suis bien sentie pendant ces rencontres, il fallait un temps d’adaptation pour apprendre à jouer avec des filles avec qui c’était la première fois que je jouais, et ça s’est bien passé. Ce tournoi était une très bonne expérience, et il a permis de bien nous préparer pour le tour qualificatif de l’euro.

APP : Était-ce ton premier tournoi international avec les Bleues ?

A.G. : Non, l’an dernier j’avais participé au tour qualificatif de l’euro, mais malheureusement nous ne nous étions pas qualifiées.

APP : Vous venez d’intégrer à votre groupe, de jeunes joueuses championnes du monde des U17 féminines. Est-ce que la cohésion recherchée dont parlait Ghoutia Karchouni, l’une d’elles et qui joue à l’OL, te paraît en bonne voie ? Comment perçois-tu le niveau de votre équipe, son potentiel ?

A.G. : Pendant le tournoi de la Manga, un nouveau groupe s’est construit. La plupart des 94 et des 95 (ndlr : Les filles nées en 1994 et 1995) se connaissaient déjà donc cela a facilité leur intégration. Je pense que la cohésion est en très bonne voie. Le temps jouera avec nous. Les championnes du monde ont une expérience de la compétition qui ne peut être que bénéfique. C’est un vrai plus. Il y a une bonne complémentarité entre nos deux générations. Si l’on trouve bien l’amalgame, je pense que l’on peut aller très loin. Nous sommes toutes très motivées, et on s’apprécie en dehors du terrain. Tout est réuni pour faire de belles choses, maintenant il va falloir tout jouer à fond, pour aller le plus loin possible, et ne pas avoir de regrets.

APP : Une victoire finale à l’Euro 2013 des U19 Féminine, dont la Suède est la tenante du titre, vous ouvrirait les portes de la Coupe du Monde U20.  C’est bien cela ?

A.G. : Oui c’est bien ça. C’est une motivation supplémentaire. Ce serait vraiment cool de participer à une coupe du monde ! (sourire)

APP : Avant cela, il vous faudra défier la Belgique, la Suisse et la Russie lors du Tour Elite. Que connais-tu de ces équipes ? Et laquelle redoutes-tu le plus (si toutefois tu en redoutes une) ?

A.G. : Je n’ai jamais rencontré ces équipes, donc je ne sais pas trop à quoi nous pouvons nous attendre. Il faut redouter et respecter toutes les équipes. Cela sera très difficile, car elles sont toutes aussi motivées que nous pour faire l’euro, et les places sont chères. Mais nous n’avons peur de personne. Il faudra prendre match par match, avoir confiance en nos capacités et tout donner.

APP : Comment vois-tu l’Équipe de France Féminine A qui vient d’enchainer deux résultats nuls face au Brésil à quelques mois de l’Euro 2013 ?

A.G. : Ce sont de très bons résultats, surtout contre le Brésil qui est un très grand nom du football, et une grande nation de foot féminin. Leurs résultats permettent de montrer à tout le monde que le football féminin progresse en France. C’est de très bon augure pour l’euro. Elles ont une très bonne équipe et elles peuvent aller très loin dans cette compétition.

Son parcours et son club

APP : Est-ce que tu peux nous raconter ce qui t’a amenée à jouer au football, ainsi que  ton parcours en club, ton palmarès?

A.G. : Je ne sais pas trop. Mon père est un grand fan de football, j’ai baigné dedans depuis toute petite. Il regardait chaque match des girondins de bordeaux à la télé. J’imagine que cela m’a donné envie de jouer au foot, et c’est certainement ce qui m’a poussé à demander à ma maman de jouer au foot ! (sourire) j’ai passé 8 ans dans mon club d’Ivry la Bataille où j’ai appris toutes les bases en mixité, j’ai passé de super années là-bas. Ensuite j’ai signé à Montpellier, ça fait 5 ans que je suis au club. Nous sommes doubles championnes de France U19 et j’espère que cette année nous réussirons le triplé. J’ai également passé trois ans de formation à l’INF Clairefontaine.

APP : À quel poste évolues-tu ? Quel est ton poste de prédilection ?

A.G. : Je joue en défense dans l’axe ou sur les côtés. Je préfère jouer arrière latérale, car on est plus libre. On peut monter et apporter offensivement et j’aime beaucoup ça. Le fait de pouvoir défendre et attaquer à la fois est ce que j’aime énormément à ce poste.

APP : As-tu une idole ? Un ou une joueuse qui t’inspire ? 

A.G. : Laure Boulleau (ndlr :PSG/France Féminine A) et Laura Georges (ndlr : OL/France Féminine A) sont mes préférées. Car Laura Georges est une super défenseuse, et elle est très simple. Et Laure Boulleau car elle arrive beaucoup à apporter offensivement, elle est dangereuse en permanence dans un match.

APP : Comment mènes-tu ta vie en dehors des terrains ? Poursuis-tu des études ? Dans quel domaine ?

A.G. : Je fais des études de droit à Montpellier.

APP : Est-ce que cela n’est pas trop difficile à concilier?

A.G. : Ce n’est pas évident de concilier foot et études. J’ai connu des moments difficiles cette année, car cela demande beaucoup de travail. C’est difficile de travailler quand on rentre tard de l’entrainement, mais il faut s’accrocher. J’ai la chance d’avoir une famille très présente, et des coachs compréhensifs, qui sont conciliants pour me permettre de bien m’adapter après mes 3 ans à Clairefontaine. Pour l’instant cela fonctionne bien, donc j’espère que cela va continuer.

APP : Tu as participé à 4 rencontres avec Montpellier HSC en D1 féminine cette saison. Sarah M’Barek, votre coach, semble penser beaucoup de bien de toi pour ta polyvalence en défense, ta rapidité et ton apport offensif. Elle t’intègre peu à peu, avec Faustine Robert et Claire Lavogez, au sein de l’effectif. Quels objectifs te fixes-tu avec ton club cette saison et à l’avenir ?

A.G. : Cette saison nous visons le championnat de France U19, trois ans de suite ce serait super, pour couronner ces trois belles années passées en U19. En D1, l’objectif est de gagner la coupe de France. Par la suite, j’espère avoir du temps de jeu en D1 et gagner des titres avec Montpellier.

APP : Y’a-t-il des aspects de ton jeu sur lesquels tu voudrais progresser? 

A.G. : Oui il y en a beaucoup. Il faudrait que je prenne encore plus confiance en moi, et être plus forte mentalement pour ne pas me désunir quand je rate quelque chose, ce qui me permettrait d’être plus régulière. Il faut aussi que je joue plus dur, car en D1 c’est indispensable. La communication est aussi quelque chose que je dois améliorer.

La D1 Féminine et le Football Féminin

APP : Que penses-tu de la situation de Montpellier en D1 Féminine ? Penses-tu que la place qualificative pour la Ligue des Champions est atteignable pour ton équipe?

A.G. : Notre situation est difficile cette saison. Oui, c’est l’objectif et je pense que c’est jouable. Le problème est que cela ne dépend plus de nous, il faut donc gagner tous les matchs qu’il nous reste, et attendre un faux pas de nos concurrents directs, ce qui peut arriver (ndlr : au 1er avril 2013, Montpellier est classé 4ème à 2 points du podium que referme JUVISY, 10 du PSG qui compte un match en plus, et 14 du 1er, l’OL ; les deux premières places sont qualificatives pour la Ligue des Champions).

APP : L’OL et le PSG ont recruté des stars américaines telles que Rapinoe, Horan ou Heath. Est-ce, selon toi, le signe que la D1 est l’un des tout meilleurs championnats ?

A.G. : C’est le signe que la D1 est en train de s’améliorer, et qu’elle est de plus en plus attractive. C’est une bonne chose pour notre championnat. Je ne connais pas trop le niveau des autres championnats.

APP : Votre équipe est relativement jeune encore. Peut-elle titiller l’hégémonie de ces équipes dans l’avenir selon toi ? 

A.G. : C’est possible, mais il faudra aussi peut-être que l’on recrute de grandes joueuses pour cela, pour bien faire l’amalgame avec les jeunes joueuses et donner de l’expérience au groupe.

APP : Nous constatons l’effort de certains districts français depuis 2 ou 3 saisons sur le foot féminin dans les catégories de jeunes : plateaux et journées départementales 100 % feminins, communication accrue au sein des clubs amateurs…Perçois-tu cet engouement? Et y’a-t-il alors de plus en plus de prétendantes pour le haut niveau?

A.G. : Oui, quand j’ai commencé le foot, il n’y avait pas autant de rassemblements. C’est une très bonne chose pour le foot féminin en France, qui prend de plus en plus d’importance. À terme le niveau va forcément s’améliorer du fait de l’augmentation du nombre de licenciées et c’est une très bonne chose.

APP : Quel est ton avis sur l’évolution, le développement et la couverture médiatique du foot féminin ? Sur quel plan, selon toi, des progrès sont à soutenir ? 

A.G. : Le fait de téléviser quelques matchs de D1 et tous ceux des différentes équipes de France montre que cela progresse. Les gens sont de plus en plus ouverts d’esprit quant au foot féminin, ils en entendent plus souvent parler, et donc apprécient de plus en plus notre sport. Mais il faut encore que les mœurs évoluent, et que l’on mette encore plus de moyens pour que cela soit plus médiatisé.

Toute l’équipe d’Au Premier Poteau souhaite à Aurélie le meilleur pour son avenir, celui du football féminin français et la remercie pour la générosité et la gentillesse dont elle a fait preuve pour répondre à nos questions.

Auteur : Kévin Boucard

Travailleur social et médiateur familial, APP me permet de renouer avec ma passion la plus ancienne: décortiquer et partager toute l'actu du foot ! C'est une "addiction" qui m'a frappé dès mes 10 ans !

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie D1 Féminine

Comments are closed.

Plus dans D1 Féminine, Equipe de France Féminine
U19 foot Féminin
Les Bleuettes (U19) en Belgique pour le Tour Elite Euro 2013

Bien que l’on parle davantage des rencontres de l’équipe de France féminine A, APP ne manque pas de suivre le...

Montpellier D1 Féminine
D1 Féminine : Montpellier tombe du podium

Cette 18ème journée de D1 Féminine est le symbole de toute une saison. Lyon est venu à bout de Montpellier,...

France Canada Foot Féminin
France Féminines : France-Canada en live !

Ce jeudi 4 avril à 18h30, l'équipe de France féminine accueille le Canada au stade du Ray à Nice. Suivez...

Fermer