AS Cannes, Vivier exceptionnel du football Français des années 90 (2/2)

10
juillet
2013

Auteur :

Catégorie : Culture foot

ascannes-foot

 2ème et dernière partie du dossier sur l’AS Cannes, un club fournisseur de jeunes talents. 

1998-2013 : Chute sportive et respiration artificielle

Les prémisses d’une longue dégringolade. Pour son retour au second étage, le club de la Croisette recrute quelques « bourlingueurs » comme Gohel, Libbra ou Vannucchi et s’appuie sur son vivier pour tenter d’accrocher la remontée immédiate. Malheureusement, la mayonnaise ne prend pas et les Rouge et Blanc doivent se contenter de deux saisons terminées en milieu de tableau, et la « saignée » du centre de formation se poursuit : Escudé, Bellion, Faubert, Meghni, Clichy, Grondin, Beda, Almafitano et Bonnefoi partent tour à tour vendre leur talent sous d’autres cieux. Si la majorité d’entre eux s’en mordent peut-être encore les doigts, que dire des supporters des Dragons, qui voient leur club relégué en National au terme de l’exercice 2000-2001 ?

Après 4 saisons dans l’anonymat du troisième échelon du football Français, la remontée enfin à portée de mains : les dragons doivent prendre 1 point lors de la réception du rival Valence. Malheureusement, ce match restera le plus gros fiasco de l’histoire du club : 2 expulsions et une défaite (2-1) plus tard, l’AS Cannes termine au pied du podium et doit fermer son centre de formation certifié graine de star, dont il n’a finalement que très peu profité.

Le temps de voir Kadir et Bauthéac plier bagage et le club est relégué par la DNCG en CFA, le 5 juillet 2011,  avec sentiment d’un terrible gâchis.

Cet été, le club est même passé très près d’un dépôt de bilan et d’une relégation en DHR,  avant que Saïd Fakhri, mécène franco-sénégalo-libanais du club depuis 2009, ne décide de mettre la main à la poche pour combler le déficit de 1,2 million d’euros.

Une bouffée d’oxygène pour tous les amoureux de l’AS Cannes qui continuent d’emprunter le chemin du stade et rêvent toujours d’un come back miraculeux de leur club fétiche, et une aubaine pour les émissaires des plus grands clubs européens, dont le défilé dans les travées de Coubertin tient décidément du rituel : l’an passé, George Brady (15 ans) a en effet été transféré de l’AS Cannes à Chelsea contre une indemnité de 300 000 euros !

Auteur : Loïc Denibaud

Intervenant d'action sociale le jour, amoureux du football et du beau jeu le jour et la nuit.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Culture foot

Comments are closed.

Plus dans Culture foot
as-cannes-zidane
AS Cannes, Vivier exceptionnel du football Français des années 90 (1/2)

Stade Pierre de Coubertin : pour les spécialistes, ce nom a certainement une résonnance toute particulière. Et si ce n’est...

Mai 1999, le Bayern Munich affronte Manchester United et se dirige vers un fabuleux triplé. C'était sans compter sur Sir Alex Ferguson et ses joueurs.
Si le football m’était conté : la naissance du Fergie Time

La rubrique «Si le football m’était conté» devrait satisfaire les plus nostalgiques d’entre vous en cette période de rumeurs incessantes...

om-20-ans-apres
Il y a 20 ans, l’OM était Champion d’Europe

Le 26 mai 1993, l'OM devenait le premier et unique club français champion d'Europe. Retour sur une époque où l’OM...

Fermer