Argentine – Croatie, nouveau test pour Tata

15
novembre
2014

Auteur :

Catégorie : Analyse tactique

Debrief tactique de la selection Argentine sous la houlette de l'ancien entraîneur du FC Barcelone, Tata Martino

C’est la même rengaine, comment tirer profit au maximum de l’énorme potentiel offensif Argentin en gardant un bon équilibre défensif ? Chaque sélectionneur à la tête de la sélection Argentine se doit de trouver la bonne formule. Ainsi, il est évident qu’avec ce changement de sélectionneur, ce changement de philosophie de jeu, on peut faire allusion à l’opposition tactique historique qu’a connu l’Argentine avec les Menottista d’un côté et les Bilardista de l’autre. Pour vulgariser cette comparaison, on peut associer Alejandro Sabella à Carlos Bilardo, et Gérardo Martino à Menotti.

La composition d’équipe

Outre le fait que l’ancien coach du FC Barcelone opte pour un 4-3-3 auquel on s’attendait, ce qui était intéressant à analyser dans ce renouveau tactique, c’était justement la modélisation de ce 4-3-3 et voir le degré d’adhérence des joueurs à cette transition tactique. Commençons par jeter un coup d’œil sur les choix défensifs du technicien Argentin. Il décide d’aligner Sergio Romero dans les cages avec une défense inédite composée de Vergini, actuel défenseur central de Sunderland, ainsi que de Fazio, le nouveau joueur de Tottenham. Concernant les latéraux, ce qu’il faut retenir c’est la titularisation de Ansaldi, prêté par le Zenith Saint- Petersbourg à l’Atlético de Madrid sous les ordres de Diego Simeone. Au poste de latéral droit, on retrouve évidemment l’incontournable Citizen, Pablo Zabaleta.

Plaçons nous plus haut sur le terrain à présent. Le coach Argentin opte pour un milieu à trois à pointe basse au coup d’envoi ; Celui-ci est composé de Javier Mascherano qui assurera la modélisation du 4-3-3 d’origine en fonction des phases de jeu au cours du match. Devant le joueur du FC Barcelone, on observe la titularisation de Ever Banega au côté de Enzo Perez. Enfin, concernant le front de l’attaque, on retrouve le trio qui fait tourner les têtes, à savoir Angel Di Maria, Kun Aguero, et Lionel Messi.

Que retenir tactiquement ?

Pressing, possession, intensité, construction. Tels sont les principes clés de Tata Martino. Dés le début du match, on voit une sélection Argentine ayant le soucis de bien construire en repassant par derrière si besoin, on patiente avant de trouver le trio offensif, on essaye de trouver la verticalité particulièrement avec Banega qui trouve aisément Messi. C’est d’ailleurs ces deux-là qui se procurent la première occasion à la 5ème minute de jeu suite à un excellent jeu en triangle. La construction se fait au sein du schéma modélisé, en effet on ne construit pas en 4-3-3 mais en 3-4-3 suite au replacement de Mascherano en défense centrale formant une défense à trois avec Fazio et Vergini, ce qui libère les latéraux pouvant se placer sur la ligne de 4 composée de Ansaldi-Banega- Perez-Zabaleta :

.

Debrief tactique de la selection Argentine sous la houlette de l'ancien entraîneur du FC Barcelone, Tata Martino

L’Argentine en phase de construction

.

Il faut aussi retenir la complémentarité qui se fait ressentir entre Banega et Perez, deux joueurs qui ne sont pas embarrassés par le ballon et qui en ratissent beaucoup. Donc, pour résumer, les joueurs Argentins construisent en 3-4-3, le placement de Javier Mascherano libère les latéraux, Di Maria et Messi animent respectivement le flanc gauche et le flanc droit et Aguero reste à la pointe de l’attaque. Offensivement on a fait le tour, passons à l’aspect défensif de cette nouvelle équipe d’Argentine.

Tata Martino l’a précisé en conférence de presse, il veut garder la solidité défensive de l’ère Sabella. En effet, sous Sabella l’Argentine prenait peu de but, et dégageait une réelle solidité défensive. Pratique pour gagner des match, non? Or, le moins que l’on puisse dire, c’est que défensivement cette équipe est moins solide, alors certes, il y a des changements, on a là une défense inédite, mais on peut néanmoins constater qu’il y a trop d’espaces laissés par la défense Argentine ainsi que des marquages peu rigoureux. Alors déjà, comment cette sélection made in Martino défend-elle ? On peut distinguer assez facilement une première ligne de 4 défenseurs avec Ansaldi-Fazio- Vergini-Zabaleta et une ligne de 3 milieux de terrain, en l’occurrence Banega-Mascherano-Perez. Au cours du match, il est vrai que Di Maria fait l’effort de revenir aider défensivement sur le côté de Ansaldi. De l’autre côté, Messi reste à l’affût pour lancer une contre attaque, de même pour Aguero.

.

Debrief tactique de la selection Argentine sous la houlette de l'ancien entraîneur du FC Barcelone, Tata Martino

L’Argentine en phase défensive

.

Ici sur cette représentation, Di Maria est plus bas que Messi et Aguero du fait de son incroyable capacité à remonter la pelota , ce qui est évidemment pratique pour se projeter rapidement en contre. Banega est lui plus dans une optique de bien relancer sur Di Maria ou Messi, et Perez se charge plus de récupérer le ballon dans les pieds croates.

Le cas par cas

Romero : Peu de travail à effectuer, cependant son jeu au pied est à travailler, encore plus que sous Sabella, car Martino demande à ces joueurs de relancer proprement de derrière, ce qui demande une certaine aisance technique du gardien.

Zabaleta: Fidèle à lui même, appliqué et sérieux, il a su se placer intelligemment en fonction de la phase de jeu. On peut lui reprocher sur ce match son manque de présence offensive.

Vergini & Fazio : Je n’analyse pas ces deux joueurs un par un puisqu’ils forment la charnière centrale, or celle-ci doit former qu’un. Pour une charnière inédite, mise à part le début de match poussif, on peut dire qu’elle a été efficace, de bonnes augure pour la suite.

Ansaldi : Outre le fait qu’il est à l’origine de l’égalisation, le joueur de Diego Simeone a réalisé un match plein aussi bien offensivement que défensivement, on l’a vu appliqué et très concentré jusqu’à ce qu’il se fasse remplacer par le joueur du Sporting Lisbonne Jonathan Silva.

Mascherano : Sans doutes l’un des joueurs les plus sous-côtés de la planète foot. Hier soir, il prouve encore une fois qu’il a sa place au poste de milieu défensif dans le meilleur onze mondial.

Banega : Il fait énormément de bien au milieu de terrain de part son aisance technique et sa capacité à ratisser des ballons. Lui qui n’a pas été sélectionné par Sabella lors du mondial, on voit qu’il a envie de prouver que l’ancien sélectionneur Argentin vice champion du monde s’est trompé en le laissant à la maison.

Pérez : Dans l’ombre, il a réalisé un incroyable travail défensif, c’est souvent lui qui bloque le couloir droit, et qui permet à l’Argentine de conserver un certain équilibre.

Di Maria : On s’interrogeait sur son placement avant la rencontre, c’est au poste d’ailier gauche qu’il a commencé ce match. Comme à son habitude, il a fourni beaucoup d’effort, il presse, redescend aider défensivement, provoque en un contre un. Un assez bon Di Maria hier soir.

Messi : Messi à droite, c’était l’exigence de Martino. Léo a en effet respecter respecter ces ordres à la lettre, on a vu La Pulga tenir son côté droit, repiqué bien évidemment dans l’axe avec le ballon, il a su créer beaucoup de décalage et il a fini avec un joli taux de dribbles réussis. Un excellent Messi.

Aguero : On retiendra son contrôle et sa frappe enchaînée, c’était de toute beauté. Mise à part ça on a vu un bon Kun, il s’est procuré beaucoup d’occasions sans les avoir concrétisés malheureusement.

Pour finir, il est important de préciser que cette équipe a su monter en régime, elle a en effet su réorganiser son pressing afin que celui-ci soit plus efficace, resserrer le marquage, faire en sorte de laisser moins d’espaces et enfin, elle a réagi de fort belle manière en marquant par deux fois et ainsi gagner ce match 2-1 en étant mené par cette belle sélection Croate. Dans l’ensemble, elle a satisfait les demandes du technicien Argentin en conférence de presse d’avant match, et elle a su très bien maîtriser son sujet.

Prochain rendez-vous pour les joueurs de Gérardo Martino contre le Portugal de Cristiano Ronaldo au Théâtre des rêves à Manchester le 18 Novembre …

On ne peut pas finaliser cet article sans dire un mot sur le retour de l’Apache en sélection après 3 ans d’absence. Cela fait du bien de le revoir sous ce maillot, et au delà du symbolique, il s’est procuré en peu de temps deux occasions franches avec une tête, et un face à face raté.

Auteur : Kévin Boucard

Travailleur social et médiateur familial, APP me permet de renouer avec ma passion la plus ancienne: décortiquer et partager toute l'actu du foot ! C'est une "addiction" qui m'a frappé dès mes 10 ans !

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Analyse tactique