Areola, futur casse-tête du PSG

15
juillet
2013

Auteur :

Catégorie : Editos

areola-psg

Il a eu beau arrêter deux tirs aux buts uruguayens en finale de la Coupe du Monde U20, son avenir n’en est que plus trouble. En permettant aux Bleuets de décrocher leur premier titre dans cette compétition, le gardien du Paris Saint-Germain n’aspire plus à retrouver son habituelle place de numéro 3 dans la hiérarchie des portiers Parisiens. Son nouveau statut de pépite devrait occuper son agent cet été, et donner du fil à retordre à Laurent Blanc, soucieux de le conserver, mais encore inexpérimenté pour se faire une place dans une institution qui découvre les problèmes de riches d’un « grand club ».

 

«J’ai dit aux mecs de tirer leurs penalties et que moi je ferai le reste ». Le doute ? Pour quoi faire ? C’est que le natif de Paris a de l’assurance à revendre. Une confiance lisible sur son visage lorsqu’à deux reprises, il repoussa les tentatives uruguayennes dans une séance de tirs aux buts tendue. Le regard au loin et le torse bombé, Alphonse Areola, alias la « force tranquille », en impose. Sans doute se rend-il compte qu’à la place d’une traditionnelle joie, le calme athénien qu’il affiche laisse planer une certaine aura. Grâce à l’exposition de ce Mondial en Turquie, le jeune gardien va connaître tout sauf un été calme. Les rumeurs et bruissements ne devraient pas tarder à l’envoyer aux quatre coins du continent. Une suite logique dans sa fulgurante ascension. Un départ réussi, si jeune, augurant toutes les possibilités, toutes les destinations. Le talent est indéniable, la maîtrise, déjà à un très haut niveau. Mais avec le temps, on peut aisément imaginer que ses qualités se seront perfectionnés..

Mais pour l’instant, il n’est que le troisième gardien au PSG. Une hiérarchie qui ne bougera pas d’un iota malgré un Mondial de toute beauté pour celui qui postule, déjà, à l’Equipe de France. Parce qu’il faudra se lever tôt pour débaucher Salvatore Sirigu, de six ans son aîné et comptant presque 200 matchs professionnels.. C’est bien face à un dilemme que sera confronté Laurent Blanc, si ce n’est déjà pas le cas, pour garder son joyau, quitte à la frustrer en ne lui offrant qu’une place de remplaçant du remplaçant. Un vrai crève-cœur pour un joueur qui mérité déjà de s’envoler dans un prestigieux club européen. Mais là réside tout le problème d’un projet initié par QSI, désireux de faire du PSG, un « grand » du Vieux Continent, à vouloir faire tout trop vite, tout obtenir tout de suite, certains cas d’école, comme celui-là, ont intérêt à être extrêmement bien géré pour ne pas griller un tel joueur. L’apprentissage, ou le bizutage, pour entrer dans le « gotha » ? Commencer à avoir des excellents joueurs à tous les postes, jusqu’à mettre des internationaux sur le banc ? Ca y ressemble fortement, et il faudra s’y faire.

A la manière d’un Thibault Courtois, prêté deux saisons à l’Athlético Madrid mais appartenant à Chelsea, le PSG ne serait pas contre un prêt pour emmagasiner de l’expérience et tâter le plus haut niveau. Histoire de ne pas camper sur un banc où il n’a aucun avenir. Poser ses bagages, hors de nos frontières serait un choix aussi judicieux que profitable. Un vrai test qui, on n’en doute pas, rassurera ses dirigeants. Et qui sait, pourquoi pas, surprendre. Encore. On ne sait jamais avec Alphonse Areola. Il est bien capable de gagner à lui tout seul une finale d’un Mondial après tout..

Auteur : Fabien Burgaud

Fabien : motivation le journalisme sportif. Supporter du FCN et amoureux du football.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Editos

Comments are closed.

Plus dans Editos
supporter-foot
Ligue 1 : la déprime du supporter

Dans son (hypothétique) journal intime, le fan de football délivre ses angoisses quant à l'absence de ballon rond durant deux...

Juillet rime avec Tour de France et engouement populaire. Retransmissions interminables, des images sublimes, mais on rivalise pas avec la L1. Pas encore.
Pourquoi la L1 est meilleure que le Tour de France

Ça y est, début juillet, nous voilà rentrés dans cette période de l'été où des millions de Français glandouillent devant leur...

ancelotti
Mercato : Entraîneurs, cet été, c’est votre fête !

Tous les ans, on assiste à une valse importante des entraîneurs. Cet été PLUS encore. Véritables stars de ce mercato...

Fermer