Arbitroscope de la Ligue 1 2016-2017

27
août
2016

Auteur :

Catégorie : Ligue 1

arbitre

« Il est souvent meilleur quand on ne le voit pas. » Cette célèbre phrase semblerait résumer à merveille l’idée de ce qu’est un bon arbitre pour le grand public. Seulement, aujourd’hui, une fois n’est pas coutume, nous évoquerons les différents hommes en noir (expression datée) qui sillonnent notre hexagone. A en croire le site de la FFF, ils seront 22 accrédités pour officier en première division cette saison. Le bon déroulé de notre championnat repose donc, en partie, sur le rôle ingrat de ces 22 acteurs.

Rôle ingrat, car loin des sommes astronomiques que génèrent le football, l’arbitrage français en 2016 souffre d’un amateurisme béat comparé à nos voisins européens. Le processus de professionnalisation de nos arbitres n’en est qu’à ses débuts. Cette saison, 10 arbitres intégreront une division spéciale nommée « F1 élite », puis 15 la saison prochaine, pour atteindre 21 en 2018-2019. Passé ce délai, les arbitres seront donc tous professionnels en Ligue 1.

Cette division a pour but premier de faire progresser les arbitres. L’entraînement est bien censé faire progresser les joueurs, il en est de même pour les hommes au sifflet. Ainsi les arbitres concernés passeront 22 semaines de formation sur 2 ans renouvelables à Clairefontaine. Au menu, entretien de la condition physique, debriefing des performances et préparation des matchs du week-end. L’autre objectif est bien évidemment de faire de l’arbitrage un métier à part entière, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. L’arbitre, grâce à cette cellule doit pouvoir se concentrer exclusivement sur sa fonction.

La révision de la rémunération est une autre mesure phare prise par le président de la Commission Fédérale des Arbitres (CFA), Eric Borghini. Le budget consacré à la rémunération des arbitres passera de 12 à 14 millions cette saison. Soit une augmentation de 17%, avec une mention spéciale pour les arbitres élite qui verront leur salaire augmenter de 55% par rapport à l’an dernier. Un arbitre central en Ligue 1 touche approximativement 83 000 euros par an, ce salaire grimpera jusqu’à 128 000 € pour les statuts élite, et 93 000 € pour les non-élite. Cette revalorisation salariale était souhaitée par le Syndicat des Arbitres de Football Elite (SAFE) mais reste assez loin des standards européens.

Le but ici n’est pas de distribuer les bons et les mauvais points, ni de rappeler les erreurs de chacun. Il s’agit simplement de présenter des acteurs discrets et méconnus, pour la plupart, qui par passion, repartent chaque week-end sur les terrains de notre chère Ligue 1.

.

clement-turpin

.

A suivre, un tour d’horizon complet de la « liste des 22 », avec des cadres, des plus jeunes, des inconnus, et des controversés.

Quand on parle arbitrage en Ligue 1, on pense régulièrement aux noms suivants :

En tête, le premier du classement des arbitres 2016, le seul représentant français à l’Euro, à savoir Clément Turpin. L’homme de 36 ans officie depuis 2008 dans l’élite. Il est souvent, et à juste titre, considéré comme le meilleur arbitre français, du fait de sa précocité et de sa régularité. Tout juste rentré des JO de Rio il était absent lors des deux premières journées, mais devrait faire son retour très rapidement sur les pelouses de Ligue 1.

Dans les incontournables on peut aussi évoquer Stéphane Lannoy. Le Boulonnais en Ligue 1 depuis 2002, est le seul encore en activité à avoir arbitré en phase finale de Coupe du Monde. Retenu dans les trente sélectionnés pour la Coupe du Monde 2010 en Afrique du Sud, il a le privilège de diriger les rencontres Pays-Bas-Danemark et Brésil-Côte d’Ivoire. Encore retenu pour l’Euro 2012, et bien aidé par la piteuse performance des français, il se voit confier le match du tournoi : la demie finale entre l’Allemagne et l’Italie. C’est sans conteste le point d’orgue de sa carrière. Depuis, il est toujours présent au niveau national, n’étant plus en mesure d’assurer le niveau international (la limite d’âge est de 45 ans) . Néanmoins il fait encore partie, à 46 ans, des meilleurs arbitres du championnat.

Dans cette liste on peut ajouter les habitués de la Ligue 1, comme Said Enjimi qui entame sa douzième saison, Fredy Fautrel qui comptabilise 233 matchs de ligue 1 depuis 2003, Lionel Jaffredo qui à 46 ans est toujours présent, et enfin Olivier Thual qui après une rétrogradation l’an passé, honore sa treizième saison dans l’élite.

.

benoit-bastien

.

Derrière, la relève est présente, avec des arbitres plus jeunes, qui sont déjà confirmés en Ligue 1.

Benoit Bastien par exemple, troisième du classement FFF de 2016, qui, à seulement 33 ans en est déjà à sa sixième saison. De plus, depuis 2015 il s’est vu confier 3 rencontres d’Europa League, et 2 de Champions League. Il est l’avenir de la profession.

Il est précédé à la seconde place du classement, par le psychologue Ruddy Buquet. Son calme est souvent apprécié, et sa carrière mérite d’être saluée. A 39 ans, et sa quarantaine de matchs en coupe d’Europe, il est une valeur sûre du métier.

Cette liste peut s’allonger à Benoit Millot, arbitre fédéral 1 depuis 2011 qui, à 34 ans, a de belles années devant lui, tout comme Nicolas Rainville, qui après la tourmente du fameux PSG-Lens au Stade de France, est régulier. D’autres embrayent derrière comme Amaury Delerue, Sébastien Desiage, et Mikael Lesage, qui se maintiennent au meilleur niveau depuis 4-5 ans et font désormais partie des arbitres confirmés de Ligue 1.

De nouvelles têtes ont fait leur apparition dans le paysage de l’arbitrage français, à commencer par Karim Abed, 28 ans et François Letexier, 27 ans, fraîchement promus fédéral 1 (niveau Ligue 1) en 2016. Laissons les apprendre et évoluer sereinement au meilleur niveau.

La donne est quelque peu différente pour Frank Schneider et Johan Hamel. Le premier nommé a découvert la L1 en 2014 à 35 ans et doit désormais confirmer les bonnes impressions laissées lors de ses débuts. 35 ans aussi pour Johan Hamel, qui après une première saison convenable, doit maintenant confirmer lors de la deuxième. Pour Jérôme Miguelgorry, l’accession à 39 ans en 2015 au niveau fédéral 1 est tardive. Du haut de ses 40 ans, il doit désormais se faire respecter malgré son inexpérience dans l’élite.

Enfin, ultime « catégorie » de cette présentation, celle des arbitres souvent chahutés, et visés par des polémiques à l’image de la tête de turc du moment, Bartolomeu Varela, qui est dans le championnat depuis 6 ans. Il est peut dire que sa personnalité divise. Jugé arrogant par certains, sûr de lui par d’autres, son comportement agace au plus haut point les joueurs, car ce n’est pas tellement sur ses qualités d’arbitre indéniables, qu’il est critiqué.

D’autres sont dans le viseur des spécialistes du football (et non de l’arbitrage ça se saurait), comme Sébastien Moreira, régulièrement fustigé pour la qualité de son arbitrage. Ce point de vue n’est peut être pas totalement infondé, puisque Moreira a échappé de peu à la rétrogradation l’an passé. A lui de montrer cette année l’étendue de son talent.

Tony Chapron a connu cela aussi il y a quelques années, enchaînant polémique sur polémique. Le divin chauve était notamment critiqué pour sa cartonite aiguë. Bien que cruelles, les critiques on peut être permis à Mr Chapron de se remettre en question. Aujourd’hui, il fait partie des meilleurs de notre championnat.

.

Antony Gautier

.

Il semblerait que son homologue Antony Gautier ait repris le flambeau au niveau des cartons. En effet celui ci à distribué la bagatelle de 73 jaunes et 12 rouges la saison dernière, ce qui n’a pas manqué d’éveiller les critiques à son égard. Peut être devrait il faire preuve de plus de psychologie dans ses décisions. Cela ne l’empêche pas d’être un arbitre expérimenté et au pied du podium au classement des arbitres 2016.

Quoi qu’il en soit, l’arbitre est un acteur majeur d’un match de football. Si les critiques font partie du jeu, elles peuvent blesser des hommes qui ne sont pas des machines. Des erreurs il y’ en aura toujours. La question est : «Comment en faire moins? ». La professionnalisation est une première étape, mais nul doute que l’apport technologique qui commence à apparaître avec la Goal-Line Technology doit s’approfondir.

Ceci est une autre question, et un éternel débat …

Auteur : Fabien Albert

Supporter depuis tout petit du FCN, fan de José Mourinho et Fabien Barthez. Ancien gardien de but. Mais aussi arbitre de foot convaincu que Tony Chaperon est un bon arbitre ! Amateur d'MPG et de Julien Cazarre

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Ligue 1

  • GqwZL

    Je ne pense pas que les arbitres français soient particulièrement mauvais. En revanche les directives d’arbitrage en France sont clairement dépassées et obsolètes. Cependant sur les 2 premières journées de championnat de cette année, j’ai l’impression que l’on tend vers plus de “laisser jouer” et de réflexion avant de sifflé (non pcq ça va les coups de sifflets pour du jeu a l’épaule et des laisser jouer après un tacle par derrière) … de toute façon vu l’état de l’arbitrage en France, la professionnalisation et un changement de cap en matière d’arbitrage ça ne pourra pas être pire !

Plus dans Ligue 1
rennes-nancy
Rennes peut-il être ambitieux ?

L'été rennais aura été marqué par le retour de Christian Gourcuff, l'ancien entraîneur du FC Lorient fait ainsi son retour...

toulouse-bordeaux
Bordeaux, les fantômes déjà de retour ?

Après une victoire porteuse d’espoirs contre Saint-Etienne, Bordeaux est retombé dans des déboires qui les hantent depuis désormais plusieurs mois....

losc
A la découverte du LOSC version 2016-2017

Elle n'est pas forcément jolie, elle ne fait pas toujours du bien, elle énerve parfois, mais elle manque, constamment. Non, je...

Fermer