Arbitrage : ce que le foot doit prendre au rugby

25
mars
2017

Auteur :

Catégorie : Ligue 1

arbitrage

Fraîchement réélu à la tête de la FFF, Noël Le Graët devrait faire de l’arbitrage français une priorité. Pour améliorer et moderniser l’arbitrage, un petit coup d’œil à ce qu’il se fait dans le rugby serait une très bonne idée. Et pas forcément pour ce dont on parle toujours, la vidéo.

La comparaison entre l’arbitrage du rugby et celui du football est fréquente. À chaque erreur, on commente pour essayer de trouver une solution afin que l’erreur ne se reproduise plus. Les défenseurs de l’arbitrage vidéo prennent alors en exemple ce qui se fait dans le monde de l’ovalie en voulant l’appliquer au foot. Mais ce raisonnement a ses limites. Le football ne permet pas d’utiliser la vidéo comme au rugby, le jeu étant beaucoup plus rapide, moins souvent arrêter et où le nombre de décisions contestables est bien plus important. Au rugby, le fautif d’une sortie de balle est clairement identifiable, au foot, pas toujours. Les fautes aussi sont clairement définies au rugby et facilement sanctionnable tandis que les contacts dans le football sont souvent moins clairs et le réel impact d’un contact sur le joueur est très souvent sujet à contestation, même après plusieurs ralentis. Ces facteurs rendent difficile l’application de la vidéo comme elle se pratique au rugby dans le football. Mais d’autres mesures prisent dans le rugby pourraient être adaptés au football sans aucun problème. En voilà trois.

Créer un dialogue

Chaque semaine la même scène se répète sur les terrains de Ligue 1. L’arbitre prend une décision, le joueur sanctionné vient la discuter et doit se contenter pour réponse d’un geste des mains signifiant “Stop monsieur sinon c’est carton !”. Ce manque de dialogue engendre un sentiment d’injustice chez les joueurs qui ne comprennent pas pourquoi il y a faute mais aussi pourquoi l’arbitre ne souhaite pas s’expliquer. Au rugby, à chaque décision, l’arbitre explique la faute qu’il siffle au joueur, simplement, avec pédagogie tout en restant ferme et en assumant sa décision. L’arbitre de football semble aujourd’hui renfermer sur lui-même, ayant interdiction totale de discussion. Créer ce dialogue permettrait aux joueurs d’avoir une plus grande compréhension de l’arbitre, une plus grande compréhension des décisions et permettrait également aux joueurs de connaître davantage les arbitres et d’anticiper leurs décisions selon leurs façons d’arbitrer.

Équiper les arbitres de micro

C’est déjà une pratique présente dans le football français, une fois par an, à l’occasion de la finale de la Coupe de la Ligue. L’arbitre principale est, comme lors de chaque match de rugby, équiper d’un micro qui permet aux téléspectateurs d’être toujours plus en immersion mais aussi et surtout de mieux comprendre les décisions des arbitres. Au rugby, l’arbitre siffle une faute puis appelle le joueur afin de lui expliquer ce qui l’a poussé à le sanctionner. Le joueur peut ne pas être d’accord, mais ne pourra pas dire qu’il ne sait pas ce qui lui est reproché. La discussion est, elle, diffuser en direct dans le but de faire comprendre également aux spectateurs la sanction. Le micro permettrait également d’éviter tous les dérapages verbaux présents sur un terrain, les insultes envers un arbitre ou plus rarement aussi les chambrages d’arbitres envers les joueurs. Si un joueur est virulent envers un arbitre, les mots ne pourront plus être cachés derrière une main et l’arbitre aura plus de facilité à sanctionner le coupable, ayant pour témoin des milliers de téléspectateurs qui auront pu assister à la scène.

Changer la mentalité.

Là, il ne s’agit plus d’une mesure à proprement dit, mais d’un changement profond. Au football, la pression des résultats et la soif de victoires ont engendré une dérive avec toujours plus de contestation et un climat délétère autour des arbitres. Les insultes dans les stades sont devenues courantes, presque anodines. À la moindre décision arbitrale, même sans aucune importance, tout le banc se lève d’une seule voix pour mettre la pression et réclamer un carton ou une expulsion. Force est de constater que cela n’existe pas, ou très peu, au rugby. L’arbitre est respecté, et ses décisions avec. Même dans les petits stades où le public est amassé derrière une main courante, aucune insulte ni aucun projectile n’est lancée en direction de l’arbitre par les supporters. L’homme en noir peut rester à 1 mètre des supporters durant plusieurs minutes en attendant un ralenti sur l’écran géant sans subir aucune menace ni protestation. Voir une telle scène dans le football paraît inimaginable. Les supporters mais aussi et surtout les acteurs du ballon rond se doivent d’être exemplaires et de montrer l’exemple à ce niveau-là. Le football souffre de ces contestations incessantes, des déclarations sur l’arbitrage après les matchs et de la violence verbale et parfois physique envers les arbitres. Le changement, c’est pour quand ?

Auteur : Dylan Houeix

Rédacteur Au Premier Poteau pour servir Edinson Cavani.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Ligue 1

Plus dans Ligue 1
Heyraud
Jacques-Henri Eyraud, les marseillais et Eole

Le 17 octobre dernier, c’est-à-dire cinq mois, Frank McCourt devenait officiellement le nouveau propriétaire de l’Olympique de Marseille. Dans ses...

Vada
Valentin Vada, l’éclosion

Les Girondins peuvent exulter. L’issue d’une bataille menée contre les tourments depuis 6 ans est en train de leur être...

Rolland-Courbis
La Ligue 1, les coaches consultants et leur xénophobie

« Oui cette Ligue des Champions peut coûter le titre à l’AS Monaco ». Voilà le commentaire de Rolland Courbis, jeudi matin...

Fermer