APP était au derby de Melbourne

16
mai
2015

Auteur :

Catégorie : En direct du stade

Véritable classique du championnat, l’opposition offrira au vainqueur une place pour la grande finale de la A-league qui se déroulera dimanche prochain

C’est à Melbourne que bat le cœur du sport australien. Connue mondialement pour son Grand Prix de formule 1 et son Open de tennis, illustre pour ses interminables parties de cricket et folle de son football australien, la capitale culturelle australienne semble doucement se laisser bercer par les charmes du football européen.   Alors, Dimanche dernier, après la qualification de Melbourne City pour les demi-finales de la compétition, un frémissement traversa la ville. Moins bien classé des demi-finalistes, les Citizens devront affronter les leaders de la saison régulière, l’autre club de Melbourne, le Victory. Véritable classique du championnat, l’opposition offrira au vainqueur une place pour la grande finale de la A-league qui se déroulera dimanche prochain.

Melbourne dingue de son derby

Tram 75, straight to the city, les écharpes du Victory pullulent, le club est de loin le plus suivi d’Australie avec plus de 25000 membres enregistrés. Des couleurs qu’il faut néanmoins distinguer au milieu des écharpes des fans d’AFL. Le « G » (ndlr : Melbourne Cricket Ground, plus grand stade du pays) s’est lui aussi mis sur son trente et un ce soir, et accueille un classique du football australien avec le match opposant Collingwood et ses 80000 membres aux Geelong cats. Dans ce flux d’accessoires bleu marine, noirs et blancs, on distingue assez facilement les rayures rouges du vieux Melbourne Heart. Des couleurs qui depuis le rachat par Manchester City, ne figurent plus que sur le maillot extérieur du club. Les Citizens paradant désormais dans une tunique blanche ornée d’une bande bleue.

Derby melbounrne 1

Les énormes projecteurs du « G » approchent et les amateurs d’ « Aussie rules » descendent, laissant les fans de Victory et de City se livrer à la chambre d’avant match. « Quel est cet étrange maillot rouge et blanc ? » Lâche un fan de Victory, en référence à la perte d’identité avancée au moment du rachat du Melbourne Heart. Le derby est lancé.

Un Etihad stadium bouillant

Le tram s’engouffre au milieu des buildings de Melbourne la merveilleuse. Quelques blocs plus tard, on aperçoit distinctement l’Etihad stadium, un écrin multisports pouvant accueillir 55000 âmes. « Home ground » de nombreuses franchises de football australien, l’Etihad dispose d’un gigantesque pré ovale, dans lequel a été tracé pour l’occasion un terrain rectangulaire. Un crève-cœur pour les supporters qui préfèrent l’électrique atmosphère de l’AAMI park, où évoluent les deux équipes en championnat.

Une heure avant le coup d’envoie, les travées du stade des Docklands sont déjà prises d’assaut par les supporters. Si certains font tranquillement la queue afin d’acquérir une délicieuse « meet pie », d’autre affichent un pas plus pressé dans le but de s’adjuger les meilleurs places. L’arène se remplit doucement, et rares sont les sièges à ne pas avoir trouvé preneur lorsque les deux équipes entrent sur la pelouse. Dans un silence étonnant, les premières notes du célèbre « stand by me » escortent les joueurs. Des premiers accords d’un calme olympien qui tranchent avec les musiques d’entrée habituelles. Debout, les écharpes en bernes, les supporters de Victory  entonnent fièrement la chanson du regretté Ben E.King. En face, les supporters de Melbourne City exécutent leur tifo en bas duquel on peut lire : « our coulour, your nightmare ». La première rencontre opposant les deux clubs de Melbourne en play-offs peut débuter.

 Derby melbourne 2

Victory assome City

Devant des fans en liesse, Victory donne le coup d’envoie de la première demi-finale de ces play-offs 2015. Les deux équipes se sont rencontrées à deux reprises cette saison et les « Dark Blues » se sont toujours imposés avec un matelas de trois buts. C’est donc avec confiance que les hommes de Kevin Muscat abordent ce choc face à des Citizens crispés. En tribune les fans de Victory donnent également le ton, et finissent par craquer les fumis à la 18ème minute lorsque Besart Berisha ouvre le score. Bien servi par Barbarouses, l’albanais place une tête plongeante salvatrice qui s’en va caresser les ficelles de Velaphi.

Les coéquipiers d’Aron Mooy tentent de régir, mais manquent cruellement de précision. Plus rapide, plus précis et plus discipliné, le Victory finit par doubler la mise. Guilherme Finkler et sa dégaine qui transpire la classe, lancent Fahid Ben Khalfallah sur la gauche. Le franco-tunisien centre en une touche pour Barbarouse, qui d’une superbe volée mystifie le portier adverse.  Après trente minutes de jeu, les leaders de la saison régulière dominent déjà largement les débats.

 Melbourne derby 3

Cascade de blessures et tempête de mouettes

Dans tous les bons coups, Harry Novillo est le danger numéro un côté Melbourne City. Tireur de coup-francs adroit, l’ancien clermontois met la pression sur la défense du Victory, et oblige Lawrence Thomas à sortir le grand jeu à la 57ème minute. Deux minutes plus tard, le français ressent une douleur à la cheville et doit céder sa place. Il rejoint Aaron Mooy et David Williams, deux autres cadres,  à l’infirmerie. On arrive à l’heure de jeu et John van ‘t Schip a déjà effectué ses trois changements.

C’est aussi le moment choisi par un escadron de mouettes du Victoria Harbour, pour prendre d’assaut l’Etihad stadium. Survolant majestueusement l’ovale, les volatiles finissent par atterrir, devenant à la merci de la première passe un peu trop appuyée. Des oiseaux qui seront finalement épargnés par les erreurs techniques qui sévissent au milieu du terrain.  Si les utopistes feront certainement l’analogie entre ces visiteurs et les blanches colombes porteuses d’espoirs, les réalistes attendront le troisième but avant de célébrer la qualification des « Dark Blues ».

 Melbourne derby 5

Thompson envoie Victory en finale

En fin de match, les Citizens ne baissent pas la tête et sont proches de réduire le score par l’intermédiaire d’une tête de Josh Kenedy, et lorsque Kisnorno dévisse complètement devant le but grand ouvert. City va payer son manque de réalisme. Suite à un corner, Berisha place une tête repoussée par Tando Velaphi. Entré sous une ovation quelques minutes auparavant, sa majesté Archie Thompson jaillit et pousse la gonfle derrière la ligne. Victory est en finale.

Les engins pyrotechniques disposés autour du terrain crachent une pluie d’étincelles, les fans exultent, les joueurs s’enlacent, les leaders de la saison régulière ont fait le job. S’ensuit une belle communion entre joueurs et supporters avant que le stade ne se vide petit à petit. En face, les supporters de l’autre club de Melbourne restent dignes et ne désertent pas les lieux. Tous se retrouvent à l’extérieur du stade avant de disparaitre dans la nuit melbournienne.

Sans titre 6

Auteur : Nicolas Grellier

Aime la Tribune Loire, les renards des surfaces et Zdenek Zeman.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie En direct du stade

Plus dans En direct du stade
Reportage vidéo qui vous emmène en Ukraine, vivre LE choc du championnat. Ambiance surchauffée entre rivalité sportive et unité politique!
Match à l’extérieur: Dynamo/Shakthar

Match à l'extérieur, c'est une histoire qui a commencé l'année dernière sur APP. On vous racontait l'histoire de matchs vécus...

APP suivra toute la saison la mythique équipe ukrainienne à domicile. Cette semaine, victoire 2 à 0 face au Chornomorets Odessa et focus sur la jeunesse!
APP à Kiev pour Dynamo/Chornomorets

On était, comme cela devient une habitude, présent dans les travées du NSC Olympiyskiy pour assister au match du Dynamo....

Ce samedi 2 août 2014, l’OGC Nice et le FC Barcelone se sont séparés sur un résultat nul (1-1). APP était dans les coulisses de la rencontre.
APP dans les coulisses de Nice – Barcelone

Ce samedi 2 août 2014, vous n’avez sans doute pas manqué l’affrontement amical entre l’OGC Nice et le FC Barcelone...

Fermer