Annie Gasnier (RFI) : “Hervé Renard a su redynamiser les Éléphants”

12
février
2015

Auteur :

Catégorie : Interviews

CAN

Spécialiste du football africain et international, la journaliste Annie Gasnier a couvert la Coupe d’Afrique des Nations 2015 pour Radio France Internationale. Trois semaines de compétition intenses ponctuées par une finale à la séance de tirs aux buts épique. Au Premier Poteau a tiré le bilan du tournoi en sa compagnie… Exclusif.

“Annie Gasnier, quel regard est-ce que vous portez sur la CAN qui vient de se terminer ?

On avait forcément des doutes sur le déroulement de la compétition, avec ce désistement du Maroc et le choix de la Guinée Equatoriale qui n’a eu que 50 jours pour organiser le tournoi. Et j’ai été (très) agréablement surprise, pour avoir fait le déplacement sur place. Le travail réalisé par les dirigeants équato-guinéens a été remarquable.

Belle victoire de la Côte d’Ivoire, après deux finales perdues en 2006 et en 2012.

Enfin une récompense pour la génération des frères Touré, Tiéné et Copa !  J’ai une pensée pour Didier Drogba, qui a porté cette génération pendant longtemps.

Ce succès porte aussi la patte Hervé Renard, qui a su remotiver et redynamiser les Éléphants. Au fur et à mesure des éliminatoires de cette CAN, il a su refaçonner, recréer un groupe en intégrant de nouveaux joueurs – les jeunes défenseurs Éric Bailly & Wilfried Kanon, le gardien Sylvain Gbohouo qu’il a installé comme titulaire et qui part au TP Mazembe – et on en voit le résultat aujourd’hui.

Le grand favori de cette CAN était l’Algérie. Et elle a déçu : comment expliquez-vous ses difficultés ? A part contre le Sénégal, toutes les rencontres des Fennecs ont été poussives…

Tout le monde était un peu resté sur leur Coupe du Monde brésilienne, et à juste titre. Sauf qu’ils y étaient outsiders et que c’était peut-être plus simple à porter pour une équipe finalement assez jeune et plutôt inexpérimentée. Je ne suis pas certaine que si la CAN 2015 s’était déroulée au Maroc, ils auraient rencontré autant de difficultés, avec la possibilité d’avoir un afflux massif de supporters… On sait notamment que beaucoup de joueurs ont souffert de la chaleur étouffante de la Guinée Équatoriale et ont mis du temps à entrer dans leur tournoi à cause de ça. Beaucoup de nos experts, sur RFI ont aussi expliqué que le schéma tactique de Christian Gourcuff manquait peut-être de flexibilité et peut-être que cela a rendu les Fennecs prévisibles. Il ne faut pas non plus oublier que ce n’était que la première CAN du technicien breton.

Gourcuff

Justement, Christian Gourcuff a été maintenu à son poste. Est-ce que vous pensez qu’il est désormais sous pression ?

Je pense que la fédération algérienne et son président en tête, Mohamed Raouroua savait qu’il fallait d’abord que la transition Halilhodzic-Gourcuff se fasse et qu’il serait très difficile de remporter cette 30ème Coupe d’Afrique des Nations. Le licencier n’était pas la bonne solution de toute façon et les Fennecs ont plutôt réalisé un bon tournoi, éliminés en quarts par le futur vainqueur, faut-il le rappeler. Par contre, dans deux ans, surtout si elle organise la compétition (décision le 8 avril prochain, l’Égypte, le Gabon et le Ghana sont les autres candidats, ndlr), l’attente sera différente.

Le Sénégal est une des grandes déceptions de cette CAN.
ANNIE GASNIER rfiComment expliquez-vous cette contre-performance ?

Le Sénégal a une belle équipe, mais leur groupe était quand même très difficile (pour rappel, les Lions de la Teranga étaient dans le groupe C avec l’Afrique du Sud, l’Algérie et le Ghana, ndlr). Les coéquipiers de Bouna Coundoul avaient manqué l’édition précédente et étaient sortis au premier tour en 2012, avec trois défaites. Ils avaient renouvelé quelques cadres et manquaient certainement d’expérience de la compétition. Ils avaient aussi les mêmes problèmes qu’en 2012 : de belles individualités mais des difficultés au niveau du collectif. Leur élimination n’est donc pas une déception, pour moi. Cette génération est encore en phase d’apprentissage, tout simplement.

La presse sénégalaise n’a pas été tendre avec Alain Giresse tout au long du tournoi. Et même avant.

C’est totalement injuste. Visiblement, le fait qu’il n’ait pas convoqué Demba Ba n’a pas plu à beaucoup de gens et à partir de là, certains journalistes ont décidé de se comporter en supporters. C’est un mauvais procès… De toute façon, le Sénégal a trop d’attaquants et on a vu ce que ça a donné en 2012. A un moment, quelqu’un doit trancher et seul le sélectionneur est habilité à le faire, puisque c’est son rôle et qu’il est payé pour ça.

Un mot sur les problèmes d’arbitrage, qui ont notamment émaillé les matchs de la Guinée Équatoriale ?

Je vais faire court : à la CAF et à la commission d’arbitrage d’être plus vigilantes à l’avenir, notamment quand elles désignent leurs hommes en noir. Bien que l’arbitre Seechurn Rajindraparsad ait été suspendu pour six mois après le quart du Nzalang contre la Tunisie, le mal est fait. Et c’est dommage pour l’image de la CAF, de la compétition et du football africain en général.

Pour vous, quelle est la révélation de la CAN 2015 ?

J’en aurai deux : l’Ivoirien Wilfried Bony, qui a passé un cap lors de cette Coupe d’Afrique des Nations avec l’ombre de Didier Drogba qui planait au-dessus de lui. Il va pouvoir rejoindre Manchester City après avoir fait le plein de confiance. Et son coéquipier Serey Dié, véritable tour de contrôle qui a permis à Yaya Touré d’être excellent. Par ailleurs, j’ai également beaucoup apprécié les matchs du Ghanéen Christian Atsu.

Et votre meilleur joueur de la compétition ?

André Ayew. Un des moteurs de cette équipe du Ghana, qui a elle aussi, et il faut le souligner, réalisé un très beau tournoi.CAN-2015

Pour terminer, si vous ne deviez retenir qu’une image de cette compétition, ce serait …

… l’incroyable et unique Boubacar Barry Copa ! A 35 ans, il tire sa révérence de bien belle manière alors qu’on aura critiqué ses qualités de gardien tout au long de sa carrière.”

Propos recueillis par Bruno AHOYO pour Au Premier Poteau

Auteur : Bruno Ahoyo

Journaliste. Belge. J'adore le sport, l'histoire, la culture et les médias.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Interviews

Plus dans Interviews
kate-partridge-reverse-time-machine-talksport
Kate Partridge (talkSPORT) : “Saido Berahino, un attaquant complet”

L'attaquant de West Bromwich Albion, Saido Berahino constitue avec Harry Kane, Ross Barkley, Raheem Sterling ou encore Luke Shaw une véritable...

natalie-quirk-bt-sport-presenter
Natalie Quirk (BT Sport) : “Le duel Agüero-Sanchez vaudra son pesant d’or”

La journaliste reporter Natalie Quirk couvre la Premier League pour la chaîne anglaise BT Sport, aux quatre coins du Royaume. Elle...

terri-leigh-beinsports
Terri Leigh (beIN SPORTS USA) : “Neuer mérite largement le Ballon d’Or”

La journaliste Terri Leigh est une des têtes d'affiche de la filiale américaine de beIN SPORTS, basée à Miami aux...

Fermer