Andy Delort, un revanchard à la rescousse du TFC

05
février
2017

Auteur :

Catégorie : Ligue 1

delort-toulouse

Arrivé dans la Ville Rose fin janvier, Andy Delort veut rattraper le temps perdu au Mexique chez les Tigres de Monterrey. Du côté de Toulouse et de ses supporters, on compte sur l’ancien Caennais pour relancer une machine sévèrement enrayée.

Cela faisait longtemps qu’on n’avait pas vu le président du TFC Olivier Sadran casser sa tirelire – ou plutôt son coffre fort – pour la venue d’un joueur. C’est désormais chose faite avec le recrutement de l’attaquant Andy Delort, qui a coûté pas moins de 6 millions d’euros à l’homme d’affaires propriétaire du club. Mais dans la maison violette, on est bien conscient que la valeur marchande n’est pas garante de performance. Pour preuve, avant Delort le transfert le plus cher de l’histoire du Téf se nommait Emmanuel Rivière. Pour un montant à peu près équivalent, le transfuge de Saint-Etienne avait marqué seulement 10 buts… Pas de quoi rentabiliser les 6 millions.

Avec Andy Delort, la donne est différente. En mal de temps de jeu, il débarque avec des fourmis dans les jambes et l’envie de faire taire ses nombreux détracteurs en France. Lui qui avait été fortement critiqué pour les modalités de son départ du SM Caen, veut prouver qu’il peut s’inscrire dans la durée au sein d’une équipe : “Quand on a discuté avec les clubs intéressés, beaucoup voulaient un prêt, mais moi, ce que je cherchais, c’était un retour plus définitif, signer dans un club” a-t-il confié lors de sa première conférence de presse au TFC. Le buteur a également tenu à donner sa version des faits sur les circonstances qui l’ont poussé à quitter Malherbe, dans une interview accordée à Canal + Sport : “Quand je suis retourné à Caen (…), Je fais ma visite médicale et le docteur me dit que j’ai un problème au cœur, que beaucoup de joueurs l’ont mais que c’est dangereux, que je peux faire une crise cardiaque sur le terrain“. Ainsi, ce serait le club normand qui n’aurait plus voulu de lui à l’entraînement…

Qu’importe, Delort est aujourd’hui Toulousain et a posé ses valises dans un club qui glisse lentement mais sûrement sur la pente savonneuse de la lutte pour le maintien. Le natif de Sète aura la lourde tâche de ranimer une attaque toulousaine dans le coma : les Violets n’ont plus marqué en championnat depuis le 17 décembre et Martin Braithwaite, qui était censé reprendre le flambeau laissé vacant par Wissam Ben Yedder, est muet depuis trois mois. Grâce à son profil percutant, Andy Delort devrait permettre de faire la différence quand l’équipe est en panne de créativité. Ses appels en profondeur et sa qualité de frappe seront précieux pour faire fructifier le style de jeu direct de Pascal Dupraz. Encore faut-il qu’il ait de bons passeurs, ce qui n’est pas gagné…

En signant au TéFéCé, Andy Delort a suscité un vif enthousiasme chez les supporters. Maintenant, à lui de justifier cet optimisme, et pourquoi pas marcher sur les traces d’André Pierre Gignac, qui avait terminé meilleur buteur du championnat sous la tunique violette, en 2009. C’est tout le mal qu’on lui souhaite.

Auteur : Boris Daube

Supporter inconditionnel du TFC, je consomme le foot sans modération. In Paul Pogba I trust.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Ligue 1

Plus dans Ligue 1
Madigoundo-Diakité
Madigoundo Diakité (FC Nantes) : entre rêves et réalité

Famille modeste et affres du football amateur, Madigoundo Diakité est aujourd'hui un joueur de la CFA du FC Nantes, pour...

cfffff-ktfC-U1090374637147VtE-1024x576@LaStampa.it
L’attaquant que recherche Paris, c’est Belotti !

A la recherche d'un attaquant de pointe pour soulager Edinson Cavani, le PSG ouvre des dossiers tantôt farfelus tantôt très...

stade-rennais-roazhon-park
Stade Rennais : Où va-t-on ?

Beaucoup d'incertitude chez les supporters rennais. L'année 2017 débute et personne ne sait réellement vers où le club souhaite se...

Fermer