Amiens-LOSC et l’effondrement de l’intelligence

03
octobre
2017

Auteur :

Catégorie : Dossiers supporters

amiens-lille-acc

Samedi dernier aux alentours de 20h15, la barrière du parcage visiteurs a cédé au Stade de la Licorne. Le LOSC de Bielsa venait d’ouvrir le score grâce à Ballo-Touré. Ce but, quasiment synonyme de délivrance pour joueurs et supporters lillois, était le premier depuis le match contre Angers fin août. Aussi les dogues sont-ils allés communier avec leurs supporters qui avaient fait le déplacement et c’est à ce moment que l’horreur s’est produite. La barrière a cédé et des dizaines de supporters sont tombés les uns sur les autres en chutant de près de 1m50. Ces images, à la fois effrayantes et scandaleuses, ont convoqué en nous les pires des souvenirs.

Du Heysel à Hillsborough en passant bien évidemment par le drame de Furiani, les images de samedi nous ont rappelés ces catastrophes du foot qui ont conduit à la mort de centaines de personnes en cumulé. Il est toujours pénible de voir ce genre de souvenirs ressurgir dans nos esprits et pourtant c’est précisément ces souvenirs qui sont là pour nous rappeler que samedi soir nous avons frôlé le drame. Il est en effet de l’ordre du miracle qu’il n’y ait eu aucun mort du côté des supporters lillois ni même de blessés dont le pronostic vital a été engagé. J’espère que la famille du football saura témoigner de son soutien et de sa solidarité envers les lillois lors de la prochaine journée de Ligue 1. Lillois, sachez que sur APP nous sommes de tout cœur avec vous. En attendant, les vautours les plus lugubres n’ont pas attendu bien longtemps pour se saisir opportunément de ce grave accident.

 

L’insulte faite au football

 

Quelques minutes à peine après que l’accident a eu lieu samedi, certains se sont empressés de rejeter la faute, toute la faute, sur les ultras lillois qui, si on les écoute, seraient d’affreux sauvages qui ne savent pas se comporter. Ainsi en est-il de Bernard Joannin le président du club amiénois ou de Philippe de Mester le préfet de la Somme. Les deux énergumènes précités ont en effet très rapidement accusé les supporters lillois d’être responsables de l’effondrement de la barrière. Le préfet de la Somme est d’ailleurs allé encore plus loin dans les jours qui ont suivi puisqu’il a finalement accusé les Marseillais d’avoir dégradé la barrière lors du match Amiens-OM. Loin de n’être que des réactions à chaud, les propos des deux gugusses sont une véritable stratégie de communication abominable qui vise à dédouaner les deux responsables qu’ils sont.

On se croirait revenu au moment de l’attentat de Nice en juillet 2016 lorsque Christian Estrosi s’était évertué à attaquer l’Etat pour mieux masquer ses propres responsabilités dans ce drame. Au-delà de l’insulte faite aux supporters lillois présents dans le stade, les propos de ces deux pyromanes – Joannin a affirmé qu’il fallait revoir les conditions de déplacement des supporters en France par exemple – nous insultent à nous tous, les amoureux de foot, les supporters qui mettons l’ambiance dans les stades tous les week-ends. Les deux zouaves ont en effet expliqué que les supporters lillois étaient responsables de l’accident parce qu’ils avaient effectué un pogo. Si tel était le cas, il y aurait des drames tous les week-ends dans tous les stades de Ligue 1. Bientôt on nous expliquera qu’il faut se mettre en rang deux par deux pour fêter un but et ne pas être spontané si cette mascarade continue.

 

Le besoin de lumière

 

Je ne serai, en effet, malheureusement pas surpris si ce terrible accident finissait par aboutir à de nouvelles mesures liberticides à l’égard des ultras et des supporters au sens large. Si les propos de Joannin sont suivis par les autorités nous sommes à l’aube de nouvelles interdictions de déplacement à foison. Si Dieu se rit réellement des Hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes selon la jolie phrase de Bossuet, tendons l’oreille, il y a fort à parier que nous l’entendions rire à gorge déployée devant les déclarations des autorités ou du président du Amiens SC. Attaquer les supporters de la sorte c’est non seulement tenter de masquer ses propres erreurs mais surtout garder les yeux grands fermés sur les causes réelles de cet accident qui, si elles ne sont pas prises en considération, a toutes les chances de se reproduire.

Une enquête a été lancée pour faire la lumière et j’espère que celle-ci ira au bout. J’ai en effet la crainte – qui n’est, je pense, pas totalement infondée – que cette enquête finisse par être gentiment enterrée. Le fait qu’il n’y ait pas eu de morts lors de cet accident plaide effectivement pour ce scénario qui permettrait aux autorités politiques et à la ligue de ne pas avoir à répondre de leurs erreurs. On se rappelle notamment qu’au moment de l’Euro 2016 et des violences en plein cœur de Marseille entre hooligans russes et anglais, le préfet et les autorités avaient expliqué la bouche en cœur qu’il n’y avait eu aucun problème. En somme pour eux, le réel n’a pas lieu. Pourtant, le Stade de la Licorne semble être dans un état de vétusté avancé ainsi qu’en attestent bon nombre de supporters s’étant rendus dans le stade et notamment dans le parcage visiteurs. Il est d’ailleurs proprement hallucinant que les contrôles de sécurité n’aient lieu que quelques fois dans l’année et non pas systématiquement à chaque match parce que ceux qui payent au prix fort ces contrôles bâclés sont les tenants d’un foot populaire. Il est d’ailleurs assez significatif que la musique en tribune VIP ne se soit pas arrêtée alors que l’effondrement de la barrière avait eu lieu. Cette confrontation entre la détresse des supporters lillois scandant « c’est pas normal » et la tribune VIP qui faisait comme si de rien n’était est sans doute le plus profond des symboles de cette soirée. Dans son très beau Discours à la jeunesse, Jean Jaurès explique, dans une très longue anaphore, ce qu’est le courage pour lui. Il affirme notamment que « le courage c’est de dominer ses propres fautes, d’en souffrir mais de n’en pas être accablé et de continuer son chemin ». Messieurs des autorités politiques et de la ligue, faites preuve de courage.

Auteur : Marwen Belkaïd

Qui a dit que le foot et la culture étaient antinomiques ? Mon (humble) ambition est de réunir Camus, Jaurès et Shankly et de montrer que non le foot n'est pas un monde de débiles et de brutes

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Dossiers supporters

Plus dans Dossiers supporters
36212581240_a9bee2bd1a_o
Suppsparterre : immersion chez les Ultras

Après Objectif Supporter qu'on avait présenté au mois de juin, on vous recommande cette fois-ci un projet porté par Christophe-Cécil...

supporterbordeaux
Les supporters tout en clichés

Les stades paraissent de plus en plus aseptisé afin de proposer un spectacle uniforme qui conviennent au spectateur lambda. Tandis...

envahissement-terrain-lyon
Gestion des supporters, chronique d’un fiasco français

Disclaimer : Ce n’est pas parce que l’on pointe du doigt les fiascos des autorités françaises sur la question de la...

Fermer