Affaire Monaco : la LFP perd toute crédibilité

27
janvier
2014

Auteur :

Catégorie : Edito

Un règlement financier sous la table et on oublie tout ? Le siège social de Monaco ne bougera pas malgré une colère bien légitime. Contre la LFP.

Apparemment le verdict réjouirait tout le monde. Monaco conserve son exonération fiscale, ou plutôt la non-future taxe à 75% pour les clubs de football et son siège social hors des lois fiscales du pays. Tandis que la LFP encaisse un juteux chèque de 50 millions d’euros sur deux ans, une «contribution volontaire» selon le communiqué officiel. La Ligue laisse ainsi faire Rybolovlev, président de l’ASM, monter une équipe qui ira se construire lentement mais sûrement, concurrencer tranquillement le PSG. Et ce, sans se soucier de sa feuille d’impôts. Briser un monopole pour mieux faire grimper le championnat qualitativement et créer une émulation positive et compter sur plusieurs « moteurs , l’argument s’entend.

Mais acheter sa tranquillité et faire un énième bras d’honneur à une règle pourtant commune à des dizaines de clubs de foot français ? Sérieusement ? Si Lyon avait l’argent nécessaire à l’avenir, pourraient-ils eux aussi exonérer de cette encombrante taxe en mettant la main au porte-feuille ? Le problème réside surtout dans la crédibilité de ce dénouement. La Ligue 1 est certes encore loin des standards européens et les équipes sont encore faibles, peu armées pour être dignement représentées sur le plan continental, mais courber l’échine de la sorte relève du ridicule. Monaco représente l’autre grande puissance à venir du foot français, c’est indéniable. Son attraction se vérifiera encore cet hiver avec un autre attaquant de grande classe qui viendra sereinement remplacer Falcao, autre monstre parmi d’autres.

Alors comme on se retrouve face à un puissant, qui fera la renommée de la France et fera une razzia des points UEFA, on accord tout. On pardonne tout. Même les règles les plus élémentaires, l’équité. Le statut de privilégié fiscal a trop duré, et ne saurait encore perdurer si une personne lucide venait enfin à prendre les bonnes décisions dans ces instances apparemment plus enclin à prendre l’argent et délaisser un certain sens de la morale. Une concurrence n’est bénéfique que si elle est saine. Ce règlement à l’amiable montre encore bien la médiocrité de puissants dirigeants qui ont agi avec une épée de Damoclès sur la tête : prendre le risque de se mettre à dos un riche Russe ou laisser faire et prendre au passage un droit de passage. Mais l’idéalisme et notre naïveté n’est pas suffisante pour comprendre une décision, fruit de multiples pressions. Toutes aussi nocives les unes que les autres. Vive la LFP.

Auteur : Fabien Burgaud

Fabien : motivation le journalisme sportif. Supporter du FCN et amoureux du football.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Edito

Comments are closed.

Plus dans Edito
Ce match Sochaux-Montpellier avait un autre enjeu que la lutte pour le maintien, l'avenir des deux entraîneurs respectifs. Bilan et analyse.
Ligue 1 : Rolland peut souffler, Renard peut pleurer

Une même fonction, un même match et pourtant deux destins bien distincts. Ladies et gentlemen, à ma gauche l’homme qui...

Seul face au gardien, l'exercice paraît simple. Et pourtant. Les penaltys manqués ce week-end témoignent de ce fantasme qui se montre périlleux...
Manquer un penalty, ce supplice

Dans un sport collectif, la faillite individuelle peut être éclipsée. Une erreur ? Vos dix coéquipiers peuvent, par chance, sauver...

Quoi de plus beau que de commencer l'année par la Coupe des miracles ? Une compétition qui a le pouvoir de revigorer et refaire aimer le football, si, si.
Ode à la Coupe de France

On peut lui reprocher de plomber les calendriers ou de nous offrir les commentateurs à mi-temps de France Télé mais...

Fermer