AC Milan – FC Barcelone : L’Histoire est en marche

20
février
2013

Auteur :

Catégorie : Europe

El Shaarawy sauve une nouvelle fois le milan AC

Si le duel entre le Real Madrid et Manchester United reste l’affiche la plus remarquable de ces huitièmes, l’autre duel au sommet entre le Milan AC et le FC Barcelone vaudra le détour.

Pour plusieurs raisons cette confrontation revêt un côté historique. Tout d’abord, les clubs cumulent 11 ligues des champions (7 pour Milan, 4 pour Barcelone), un record cette année. À une époque, pas si lointaine, le Milan était considéré comme la meilleure équipe de l’Histoire, depuis 4 ans les rôles se sont inversés, et ce sont bien les Catalans qui iront défier, à nouveau les Milanais (la saison passée les deux clubs s’étaient affrontés en 1/4 de finale, victoire 3 – 1 du Barça au retour au Camp Nou, nul 0 – 0 à l’aller à San Siro), avec ce statut difficile à porter.

Deux géants d’Europe

Si le Milan AC  reste le deuxième club au palmarès de la Ligue des Champions, avec 7 titres (derrière le Real et ses 9 titres), les Lombards n’ont plus été sacrés depuis 2007. Depuis, l’émergence du Barça a été dantesque, à tel point que Milan accuse un véritable déficit face au club barcelonais. Vaincu l’an passé, en 1/4 de finale, pour sa première qualification à ce stade depuis le sacre de 2007, le Milan AC a pu mesuré la distance qui le sépare désormais du club présidé par Sandro Rossel.

Sur le terrain, le niveau devrait être impressionnant, tant les deux clubs sont dans une forme étincelante, les italiens n’ont plus été battus depuis le 11 novembre, quant au Barça…deux défaites seulement cette saison, en Liga à la Real Sociedad, et à Glasgow face au Celtic (avec une possession de balle de 85 %). C’est un vrai duel de titans qui attend l’Europe ce mercredi, le palmarès des clubs cumulés à celui des joueurs pourrait suffire à la rédaction d’un livre. San Siro sera en feu c’est bien légitime, les spectateurs et les téléspectateurs devraient assister à un match absolument éblouissant. Pourquoi ? Tout d’abord parce Barcelone ne sait pas défendre, les Catalans joueront donc comme ils le font toujours, en attaquant à outrance. Ensuite parce que Milan est redevenu grand, que les individualités (El Shaarawi, Pazzini, Montolivo, Boateng, Abate, mexes…) ont enfin trouvé l’équilibre collectif indispensable à un postulant au titre européen ! Un bémol à la résurrection lombarde… Elle est en grande partie due à la réussite insolente du facteur X, Mario Balotelli, le fantasque, mais néanmoins hypertalentueux buteur de la squadra azzura, et « Supermario » ne sera pas présent, ayant déjà joué la Ligue des Champions cette saison avec City, il n’est pas qualifié. Dommage, car face aux problèmes récurrents de défense du Barça, la puissance du jeune italien aurait pu peser sur ce duel des étoiles.

Objectivement, en 4 ans, et en exceptant quelques incidents en poule (Celtic Glasgow, Rubin Kazan, Shaktar Donetsk), seul Arsenal a posé des problèmes dans le jeu au FC Barcelone. Tous les autres, y compris l’Inter Milan de Mourinho ou le Chelsea tenant du titre, ont été balayés, acculés, dominés outrageusement (80 % de possession de balle en moyenne sur ces deux oppositions aller-retour confondues). Certes, ces deux clubs ont éliminé le Barça, à quel prix ? On se demande encore comment Chelsea a pu tenir au Cap Nou, voyant les poteaux tremblés de partout, on se demande encore comment Samuel Eto’o a pu mettre son orgueil de côté (pour une fois) et joué 60 minutes en N°6 pour conserver un score bien mal acquis à San Siro. Certains diront que c’est la seule manière de battre le FC Barcelone, Arsenal aura prouvé, en 2011, qu’on peut développer du jeu, et mettre en grand danger les Catalans, même au Camp Nou. Et, sans une intervention totalement disproportionnée d’un arbitre trop zélé, les hommes d’Arsène Wenger auraient sans doute éliminé Barcelone, chez lui, après avoir joué, après être allés de l’avant, pendant 180 minutes ! L’exemple à suivre ? Pas sur, depuis quatre ans, sur les phases finales, en Ligues des Champions, à partir des huitièmes, Barcelone n’a perdu que deux matchs, et ce n’était justement pas contre Arsenal…

Le match dans le match

El Shaarawi – Messi. Le meilleur milanais de la saison (en exceptant Mario Balotelli, impressionnant depuis son arrivée au mercato d’hivers) face au meilleur joueur de la planète. Si la comparaison intrinsèque parait clairement pencher en faveur de l’Argentin, le jeune lombard aura son mot à dire face à une défense catalane que l’on a souvent vue friable cette saison. Il devra néanmoins compter sur le fait que son équipe fasse mieux que simplement résister, car, seul, aucun joueur ne semble capable de faire face à l’opposition blaugrana. De con côté, Messi fera du Messi, vivacité, percussion, passes millimétrées, dribbles, provocations, l’Argentin n’est jamais aussi fort que dans ce genre de confrontation européenne. Transcendé par l’ambiance des grands stades, des grands soirs d’Europe, “La Pulga” pourrait bien faire subir à Mexès le même calvaire que l’année dernière. En quart de finale, les Catalans avaient été chercher un match nul (0 – 0) sur le terrain des Lombards, mais pouvaient nourrir quelques regrets, le match retour (3 -1) les aura effacés. El Shaarawi aura sans doute des opportunités, il n’aura pas le droit à l’erreur. De con côté, le quadruple ballon d’or saura se créer les occasions qui, s’il les concrétise, pourraient faire tourner court le suspens de cette double confrontation.

Le prono d’APP

La vérité, c’est que si les hommes de Jordi Roura (qui pourra compté sur Xavi, mais pas sur Villa ni Adriano) jouent au niveau qu’on leur connaît et que la réussite ne les fuit pas, rien ne semble pouvoir arrêter les Catalans dans leur quête d’un cinquième titre européen, devenu objectif majeur de la saison. La Liga est en poche, la Coupe du Roy serait une médaille de plus, mais l’objectif principal est la victoire en Ligue des Champions. À la vue de l’expérience des Catalans dans ce genre de confrontations, et vu le niveau de jeu affiché depuis le début de saison, comment ne pas penser que seuls une blessure, un fait de jeu, ou des erreurs d’arbitrage pourraient stopper les blaugranas dans leur inexorable quête de perfection. Les Milanais vont subir, ils le savent, Allegri devra élaborer un plan bien défini pour espérer avoir une chance au retour, à Barcelone. Le foot n’est pas une science exacte et la confrontation verra peut-être les Milanais se transcender pour mettre à mal une suprématie européenne revendiquée par des Catalans plus en forme que jamais.

Les compositions :

Milan : Abbiati – Constant, Mexès, Zapata, Abate – Muntari, Boateng, Montolivo, Ambrosini – Pazzini, El Shaarawy ;

Barcelone : Valdés – Alves, Piqué, Puyol, Alba – Sergio, Xavi, Iniesta – Cesc, Pedro, Messi.

Auteur : Damien Jaud

Damien, 31 ans, passionné de foot. Ex-joueur de foot. Fan d'esthétisme plutôt que de puissance. Amoureux du foot.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Europe

Plus dans Europe
GALATASARAY, DEPLASMADA OYNANACAGI AKHISAR BELEDIYE MACININ HAZIRLIKLARINA FLORYA METIN OKTAY TESISLERI'NDE YAPTIGI ANTREMANLA BASLADI.  GALATASARAYIN YENI TRANSFERI DIDIER DROGBA DA ANTREMANDA YER ALDI. (ANADOLU AJANSI / BERK OZKAN) (20130212)
Galatasaray – Schalke, deux outsiders sur le pont

Découvrez le focus sur le match du jour en 8ème de finale aller de la Ligue des Champions entre le Galatasaray et Schalke 04.  Forces...

Joao Moutinho, buteur face à Malaga
Malaga s’en sort très bien.

La plupart des yeux étaient braqués ce mardi soir sur l’Emirates Stadium où Arsenal affrontait le Bayern Munich, mais on...

Arsène Wenger, Arsenal
FA Cup : Arsenal retombe dans ses travers

Les 8es de finale de la FA Cup se jouaient ce week-end en Angleterre. La grosse surprise de ce nouveau...

Fermer