A quel poste tu joues vraiment Karim ?

10
septembre
2012

Auteur :

Catégorie : Edito

Karim Benzema, souvent très bas sur le terrain avec les bleus

Sur le banc au Real Madrid, principale star de l’Equipe de France, Karim Benzema est un joueur complexe. Tant par sa situation selon la couleur du maillot que par son poste qu’on a du mal à définir. Passeur décisif sur l’unique but contre la Finlande, on a même eu cette sale impression que la France jouait sans attaquant. Mais bon tant qu’il est décisif …

Des fois, on se mettrait presque à comprendre José Mourinho. Si le choix du « Special One » de préférer Higuain à Benzema est souvent décrié (par pur patriotisme hein?), il est loin d’être insensé. La copie rendue par l’attaquant contre la Finlande propose plusieurs éléments de réponse. Tout d’abord, un dézonage incessant. Lâchant son poste d’avant-centre jamais servi, Karim n’a pas hésité à revenir au sein du jeu des Bleus, léchant la ligne médiane sur quelques séquences. Plus par souci de se sentir utile plutôt que de trottiner tranquillement, à faire des appels dans le vide. Découlant de cette vilaine manie, les latéraux (sur les rares fois où ils ont apporté offensivement) ont centré. Mais dans le vide. Sur quatorze centres, aucun n’a trouvé un destinataire. 0/14. C’est sûr, ça fait tâche. Et dans un système avec seulement un attaquant de pointe, on ne peut se permettre ce genre de statistique peu flatteuse. Le dézonage de Benzema entraîne donc un cruel manque de présence dans la surface. Ce qui le rend moins tueur, moins « renard des surfaces », moins mordant sur les ballons potentiellement exploitable. Tout le contraire d’Higuain, véritable poison pour les défenses et qui marque la totalité de ses buts au Real dans la surface.

Un attaquant se doit d’abord de marquer, c’est bien son rôle non ? Un défenseur défend, un milieu permet la transmission entre l’attaque et la défense et un avant-centre doit marquer. Les rôles sont définis, mais quand on voit jouer l’ex-Lyonnais, il nous démontre qu’un poste est encore modulable et joue de plusieurs excentricités propres à chaque joueur. Le sien ? Faire jouer, et marquer à l’occasion. Il n’est pas un buteur assoiffé de buts, à affoler les statistiques, mais il aime se sentir précieux et utile dans son équipe. Un joueur collectif. Et le comble, c’est qu’on serait tenté de lui en vouloir. De préférer tâter le cuir avec les milieux plutôt que de marquer lorsque l’occasion se présente. Alors, même sur une passe décisive (il part d’ailleurs du milieu du terrain, un signe on vous dit) pour Diaby contre la Finlande (1-0), il jubile, exulte. Le meilleur buteur de l’Equipe de France, nouvelle génération (15 buts) est donc un joueur qui aime participer au jeu.

 Et pourtant, on ne peut s’empêcher de l’aimer. Benzema, formé à Lyon, explose en Ligue 1, rejoint le Real Madrid pour 35M d’€ (excusez du peu) et sort de sa saison la plus aboutie (32 buts, 12 passes décisives pour 52 matchs joués). Un conte de fée qui fait de lui la star montante de l’Equipe de France, avec Lloris. D’où la tristesse de le voir débuter cette cuvée 2012-2013 sur le banc, parce que des Français dans le gotha du football Européen, on les compte sur les doigts d’une main. Sans parler de l’image du buteur, capable de libérer un match sur un but, presque salvateur et adoré par le spectateur. Alors, qu’il attaque, ou qu’il défende, tant qu’il le fait bien, on est presque prêt à tout lui pardonner.

Auteur : Fabien Burgaud

Fabien : motivation le journalisme sportif. Supporter du FCN et amoureux du football.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Edito

Plus dans Edito
ballon-adidas-ldc
The European Tour

Six clubs français participeront cette saison à une Coupe d'Europe. Que ce soit en Ligue des Champions ou en Ligue...

Grand-Stade-Lille
Le syndrome nouveau stade

Avec son nouveau stade ultra-moderne, Lille entrait définitivement dans la cour des grands. Mais un léger retard à l'allumage en...

ezequiel-lavezzi-premiere-recrue-parisienne
Attrayante Ligue 1

C'est un fait, la Ligue 1 attire de plus en plus de joueurs étrangers. Même si cette proportion a baissé...

Fermer