À la découverte du Bidonero de Maxime Mianat et Eddy Fleck

10
novembre
2016

Auteur :

Catégorie : APP a lu

bidonero

Combien d’entre nous se sont déjà retrouvés mal à l’aise en soirée en ne comprenant pas un mot lors d’une discussion ? Beaucoup sûrement.

Grâce au Bidonero, vous allez pouvoir enfin briller en société en utilisant des termes tels que hasardologie, quinette, miauleur. Et même en sachant tout du plus grand sportif français, j’ai nommé monsieur Non Attribué.

Ce dictionnaire aussi absurde que drôle est l’œuvre de Maxime Mianat auteur de Micmac Football club et Eddy Fleck qui sévit sur Twitter depuis quelques années. Pour Au Premier Poteau les deux auteurs nous ont parlé d’eux et de leur livre avec décalage et humour.

Bonjour Eddy et Maxime, alors on vous connaît sur les réseaux sociaux mais parlez-moi de vous et de vos parcours ?

Maxime : tous les matins, je prends le métro ligne 8 jusqu’à Invalides. Il m’arrive d’emprunter la 12 à Convention mais je suis généralement le même parcours pour me rendre au travail. Avec l’âge, j’ai mes petites habitudes et il est difficile d’en changer.

Eddy : une vie faite de hauts et de bas. J’ai récupéré l’amour-propre de mon père et le second degré de ma mère pour passer les paliers de l’éducation nationale sans trop me faire remarquer. Et sans étincelles. Professionnellement, je fais ce que j’aime mais je ne sais pas expliquer ce que je fais. Sinon, tout va bien.

Comment vous est venue l’idée d’écrire le Bidonero ?

Eddy : Tout part de Maxime qui voulait absolument percer pour pouvoir payer sa taxe d’habitation 2016. Il avait déjà écrit un livre très drôle qui ne s’était pas vendu et il m’a proposé de participer à sa nouvelle aventure avec les mêmes objectifs. J’ai trouvé que c’était globalement suicidaire mais très excitant comme projet. Alors on s’est lancé.

Maxime : On voulait faire rire sur le foot en évitant les classiques « perles de footballeurs » vus et revus. Inventer des mots nous a permis d’aller très loin dans l’absurde et l’humour, puisqu’on ne se fixait aucune limite.

.

“J’ai toujours été fasciné par le système de reproduction des hippocampes”
Eddy Fleck. 10/11/2016.

.

Comment définiriez-vous votre ouvrage ?

Maxime : De manière simple : un dictionnaire absurde sur le foot. Mais Le Bidonero est un peu plus qu’un dictionnaire avec des mots inventés puisqu’il contient également des biographies de grands noms du foot, des faux clubs, tactiques ou expressions indispensables à la culture de chacun. C’est également un bon livre à lire aux toilettes car on peut picorer les définitions sans forcément suivre un chemin précis.

Eddy : C’est une planète différente et il faut avoir envie de la découvrir pour ne pas rater son atterrissage. On y vit bien même si les conditions climatiques sont légèrement différentes. Mais elle a du cœur !

Si ce n’était pas sur le foot sur quoi vous vous seriez vu écrire ? Et sur quoi aimeriez-vous faire un prochain livre ? 

Eddy : J’ai toujours été fasciné par le système de reproduction des hippocampes. On les appelle «les chevaux de mer» et, en fait, c’est le mâle qui s’occupe de la gestation avec des ovocytes qui viennent de la femelle. C’est quand même l’un des rares animaux qui se fait niquer par la gente féminine… Nature et Découvertes n’était pas motivé pour mettre en avant mes écrits. Du coup, je me suis concentré sur le foot.

Maxime : Si le livre marche, on refera évidemment une suite le plus vite possible pour engranger un maximum d’argent. J’aime beaucoup les références historiques parsemées dans le Bidonero : elles participent à créer une histoire alternative du football qui fonctionne plutôt bien, avec des personnages charismatiques comme Numérosix, un ouvrier égyptien du temps des pharaon, l’homme préhistorique Gru-Oh, inventeur du football, ou encore Xüb, un extra-terrestre considéré comme le meilleur joueur de l’univers.

.

.

Quel est votre genre de lecture à chacun ?

Maxime : Je lis énormément de choses (romans contemporains, BD, magazines, SF, littérature allemande des années 30…) donc je vais simplement jeter un œil à ma bibliothèque et choisir cinq lectures récentes:

– La Perle, de John Steinbeck

– Retour à Xanadu, de Don Rosa

– Noel sur Ganymède, de Isaac Asimov

– Dieu, Shakespeare et Moi, de Woody Allen

– Recherche appartement ou maison : tous les pièges à éviter, de Stéphane Plaza

Eddy : Je lis peu voire pas du tout. J’aime lire pourtant, mais je ne suis pas patient. J’ai toujours envie de faire autre chose à côté. L’idéal, ce serait qu’on me lise des livres mais j’ai dépassé l’âge de trois ans.

Comment vous sont venus les nombreux mots originaux du Bidonero ? 

Eddy : En piochant tout ce que l’on peut trouver autour du sport et surtout en dehors. Tout le monde peut avoir ces idées s’il met sa vie entre parenthèses et qu’il se marginalise pendant un an. Le plus « compliqué », c’est plutôt de broder une histoire autour de chaque référence.

Maxime : Un mot inventé peut être une parodie ou une caricature d’un mot réel. Le panneau d’affichage du temps réglementaire ? Il devient une ragette, un panneau d’affichage brandi par les supporters pour indiquer le nombre d’erreurs commises par l’arbitre. Le berdy ? C’est l’inverse d’un derby, soit un match opposant des villes pas du tout rivales et très éloignées géographiquement.

Pourquoi la définition du Bidonero s’est imposé comme titre ?

Eddy et Maxime : Il fallait un nom qui sonne bien à l’oreille et «Racaille Football Club» était déjà pris. Le Bidonero est un libéro expérimenté placé derrière la défense. Au fil des années, avec l’âge, il recule tellement qu’il se retrouve en tribune. Et il continue néanmoins à ramener sa science. C’est également le cas de ce livre.

D’ailleurs, si un de ces “mots ” devait exister réellement, lequel choisiriez-vous ?

Eddy : Le permis F serait parfait dans la vie de tous les jours. Il est délivré après avoir validé une épreuve théorique et une épreuve pratique sur les sujets du football. Ceux qui ne l’ont pas ne peuvent pas nous emmerder avec leurs « Benzema doit-il chanter la Marseillaise ? » et « Umtiti est-il surcoté ? » Tu peux le perdre en cas de mauvaises analyses avec un système de points. On s’éviterait pas mal de conneries.

Maxime : Spoilir : annoncer un but en avance. J’ai été traumatisé par l’Euro 2004 commenté par Pierre Sled sur France TV : il a dû annoncer plus de 150 buts qui n’ont jamais été marqués, simplement en s’enflammant sur des corners ou des frappes de loin. Pierre, si tu lis ces lignes, sache que je n’ai pas oublié. Je te retrouverai, peu importe ce qu’il m’en coûte.

.

Il fallait un nom qui sonne bien à l’oreille
et « Racaille Football Club » était déjà pris

.

Je n’ai pas trouvé de définition concernant l’instabilité tactique de Génésio. Si vous devriez en trouver une ce serait quoi ?

Eddy : Chassisme (n.m) : mouvement pictural pratiqué par les hommes de Cro-Magnon. Les dessins découverts dans différentes grottes évoquent des schémas tactiques incompréhensibles concernant les sorties de chasse de mammouth. L’imprécision et la variété de ces œuvres sont contestés par les historiens et rendent difficiles leur compréhension. L’hypothèse la plus probable est que ces dessins ont été réalisés sous l’emprise d’une substance illicite par des individus ne dépassant pas l’âge de quatre ans. Le chassisme est aujourd’hui pratiqué avant les matches par de nombreux coachs de Ligue 1, de Bruno Génésio à René Girard.

Le “Biafoot” mélange de football et de biathlon. Si la discipline existait qui en serait le Champion selon vous ?

Maxime : Pascal Dupraz. Il est savoyard et tire sur tout ce qui bouge.

Eddy : Koji Nakata. Il a déjà fait ses preuves sous la neige.

Cyril Rool a été j’imagine une source d’inspiration pour Frédéric Biscotte le Bastiais sanguin ?

Eddy : Pas seulement. Tu peux mettre Yannick Cahuzac ou Cyril Jeunechamp dans la même catégorie. On ne veut surtout pas pointer du doigt les Bastiais puisqu’il y a un Frédéric Biscotte dans chaque club, et surtout, j’aimerais poursuivre ma vie sur mes deux jambes.

Maxime : Je vois qu’Eddy n’assume pas… On sent le Lyonnais qui ne souhaite pas ajouter de l’huile sur le feu avant le match retour à Bastia… Biscotte est évidemment une caricature du joueur violent, mais puisque Ciccolini est également une caricature de l’entraîneur corse, ça fait 1 partout.

Qui pour vous est le Champion du Karacoeur en France (discipline de chant et d’expression scénique pour chanter La Marseillaise) ? 

Maxime : Quand un international est surpris en train de ne pas chanter la Marseillaise, il se fait généralement critiquer par la presse. Il doit donc se faire préalablement aider par un karaokeur, une sorte de coach vocal. Karim Benzema n’a jamais voulu travailler avec celui de l’équipe de France…. avec les conséquences que l’on connait.

Eddy : Zidane était très bon. Il avait une technique infaillible, c’est qu’il ne la chantait jamais mais il bougeait un peu les lèvres histoire de dire «Je la fredonne, c’est bieng» . Et si les Algériens lui demandaient de rendre des comptes, il pouvait dire « Je la chantais pas, je récitais une sourate ». Fabuleux café crème.

La ligue 1,5 championnat des équipes faisant l’ascenseur ne comporte pas Caen. C’est un oubli ou la présence de Steed Malbranque et Manu Imorou vous rend optimiste ?

Eddy : non, on aurait pu mais j’ai subi des pressions d’ordre conjugal. En même temps, Caen est bien installé maintenant. C’est moins justifié que d’autres équipes.

Maxime : La Ligue 1,5 fait partie des nombreuses compétitions ou matchs inventés dans ce livre et qui ont pourtant largement leur place dans la réalité, bien plus en tout cas que la Coupe de la Ligue. Pour Caen, le dilemme est posé : faut-il être champion de Ligue 1,5 tous les ans ou batailler en L1 pour le maintien ? Rien n’est plus beau qu’un titre.

L’habitat naturel du lourdix est-il sur Twitter ? Y’a t’il des lourdix-journalistes également ?

Maxime : Quand tu dois inventer des mots, l’une des options consiste à trouver le contraire d’un terme existant. Le footix existait, pas son antonyme. Aujourd’hui, tout le monde croit avoir un avis tranché et pointu sur le football. Il y a tellement de matchs, tellement d’analyses et de statistiques à disposition (j’englobe Football Manager qui permet à tous de devenir incollable sur la D1 finlandaise) que l’on peut rapidement se construire une culture. Beaucoup de ces experts autoproclamés sont sur Twitter pour asséner leurs vérités absolues. J’en fais évidemment partie.

Eddy : j’en fais aussi partie. En fait, tout le monde est un peu comme ça. Le lourdix qui me fait rire, c’est celui qui n’accepte pas que tu entres dans son espace naturel parce qu’il est le premier à l’avoir foulé. C’est le côté extrême que tu ne peux pas vanner ou contredire parce que c’est un manque de respect. Partons du principe qu’on est tous lourdix et qu’il faut parfois savoir dégonfler. C’est mon avis d’humble lourdix qui n’engage que moi.

Si Les ” majoritirs au but ” (séances de TAB pour départager deux candidats à égalité dans la course à l’Elysée) devait avoir lieu qui verriez-vous parmi les politiques actuels plutôt doués pour l’exercice ?

Maxime : Emmanuel Macron car on ne sait jamais s’il va frapper à droite ou à gauche.

Eddy : Déjà, évitons de sélectionner des Lyonnais parce qu’ils sont pourris dans l’exercice. Gérard Collomb et Thierry Braillard, vous pouvez vous placer sur la touche. Je mets une pièce sur Alain Juppé et son crâne chauve qui balance une petite panenka comme Yazid Zidane. Sinon en dernier tireur, Sarkozy sans hésiter. Il attaque la Libye en 24 heures, il ne bégayera pas face à la cage.

.

On a un mot sur Bafé Gomis. « Gomlisser : expliquer la règle du hors-jeu à une personne qui ne la comprend pas »

.

La pastouille interdit au nouveau footballeur de courir plus vite que 20 km/h. Bafé Gomis a t’il pensé à l’enlever selon vous ?

Maxime et Eddy : On a un mot sur Bafé Gomis. « Gomlisser : expliquer la règle du hors-jeu à une personne qui ne la comprend pas. » Le mot nonstadé (adjectif désignant une frappe tellement dévissée qu’elle passe par-dessus le stade) a finalement été retiré au dernier moment.

Si on devait incarner le yoloppeur (animateur du vestiaire et amateur de barbecue) ce serait plus Rémy Vercoutre ou Sylvain Armand ?

Eddy : Les deux conviennent bien. Le meilleur reste quand même Zoumana Camara qui a vu passer des dizaines de stars simplement parce qu’il était super sympa et qu’il assurait quand on faisait appel à lui.

Maxime : Ce serait un mec charismatique, populaire mais qui ne lorgne pas sur la place du chef. Je pense naturellement à Joseph Goebbels.

Pour conclure dites à nos lecteurs pourquoi il leur faut ce livre ?

Maxime : Parce qu’il est très très drôle. C’est le critère numéro un pour un livre d’humour, non ? Notre éditeur nous a dit : « j’ai beau relire n’importe quelle définition pour la dixième fois, je me marre encore. » Bon, il n’est peut-être pas objectif…

Eddy : Ne ratez pas complètement votre journée : ayez au moins l’air heureux dans les transports en commun.

Maxime : Sur la ligne 8 de préférence.

Crédit photo : http://footballstories.konbini.com/

Auteur : Gary

Rédacteur passionné, supporter lyonnais depuis l'arrivée de Christophe Cocard en 1997. Le Parc OL est un formidable écrin !

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie APP a lu

Plus dans APP a lu
sc-bastia-furiani
Furiani, histoire d’un monument

Dans le livre, La Grande Histoire du stade Armand-Cesari de Furiani, l'auteur Thibault Casanova nous explique comment un simple stade...

la-traque-des-enfants-footballeurs
La Traque des enfants footballeurs – Juan Pablo Meneses

Journaliste et écrivain chilien, Juan Pablo Meneses est actif dans le monde de l'enquête sur l'ensemble de l'Amérique latine. Ses ouvrages...

Prolongations Robil Walter
Robin Walter : “Prolongations est une réflexion sur la place du foot dans notre société”

Robin Walter est de ceux que l'on appelle amoureux du ballon rond. Ivre de football depuis le début des années 1990...

Fermer