19ème journée de Ligue 1: enjeux et bilan

20
décembre
2017

Auteur :

Catégorie : Ligue 1

ligue-1-conforma-parc-des-princes

Ce soir se joue simultanément sur les pelouses de Ligue 1 la 19ème journée de championnat, marquant la fin de la première partie de saison ainsi que le début de la trêve hivernale. Petit tour des enjeux pour les uns et les autres, sur fond de bilan d’un premier acte plus disputé que jamais

En haut du classement: pas de place aux surprises

Tout en haut du tableau, le quator de tête est celui qui était attendu en début de saison : parisiens, monégasques, lyonnais et marseillais sont en course pour arracher une place qualificative en Ligue des Champions. A mi-saison toutefois, il semblerait que les hommes de Unai Emery aient déjà 9 orteils et demi sur la plus haute marche du podium avec 47 points, soit 11 de plus que l’année dernière à la même époque, et 4 que Nice qui occupait cette place la veille de la 19ème journée. Les parisiens semblent un cran au dessus de leurs adversaires cette saison, et surtout, aucun de leurs trois concurrents directs ne semblent en mesure de les inquiéter et de rattraper le retard de 9 points qui les sépare du leader. Monaco par exemple a vraisemblablement des difficultés, attendues, à se remettre des nombreux départs enregistrés l’été dernier, raison pour laquelle Jardim a explicitement demandé à ses dirigeants de dégraisser l’effectif cet hiver. Les prestations des deux Olympiques sont également trop irrégulières pour penser qu’un des deux pourrait venir inquiéter le club de la capitale.

Le statu quo devrait être de mise demain soir, le PSG, Monaco et Marseille recevant des équipes (respectivement Caen, Troyes et Rennes), que l’on imagine mal s’imposer chez ces candidats à la C1. Lyon se déplacera au Stadium, enceinte qui lui réussit particulièrement ces dernières années. Il y a fort à parier que ces 4 là resteront entre eux jusqu’à la fin de la saison. Derrière en effet, les prétendants à la coupe d’Europe ne sont en effet pas ceux qui étaient attendus, à l’exception de Nice qui ne doit toutefois sa présence dans le haut du classement qu’à un récent regain de forme. Pour eux, le déplacement à Lille est particulièrement important pour continuer leur remontée, et ne pas se laisser distancés par le FC Nantes, 5ème avec 30 points (4 de plus que les aiglons).

.

fc-nantes

.

Concrétiser une bonne première partie de championnat pour les équipes du milieu de tableau

Car ce qui aura marqué cette première partie de saison, est sans conteste les écarts très faibles entre les clubs : seuls 6 points séparent Nice 6ème des stéphanois qui pointent à la 16ème place. Les duels dans la première partie de tableau se joueront toutefois à distance ce soir, aucune des confrontations de demain soir opposant deux équipes figurant dans le top 10. Selon les situations il s’agira donc soit d’augmenter son avance pour valoriser 19 premiers matchs réussis, soit de limiter les dégâts d’un parcours décevant, en deçà des attentes initiales.

Dans le premier cas, nous retrouvons Caen, et de manière plus surprenant Dijon et le Racing Club de Strasbourg. Les normands auront fort à faire avec leur déplacement au Parc des Princes, qui leur rappellera cependant peut-être les bons souvenirs de la dernière journée de championnat de la saison précédente. Dijonnais et Strasbourgeois peuvent eux se mettre à rêver de passer les fêtes bien au chaud en cas de victoire à Angers et à Metz. En cas de victoire, ces deux équipes auraient 27 points, soit près des deux tiers des fameux « 42 points » à récolter pour assurer son maintien. Surtout, une position dans le premier tiers du championnat viendrait récompenser pour les uns comme pour les autres, des intentions de jeu souvent ambitieuses et courageuses.

En dessous de la dixième place, cette 19ème journée représente surtout l’espoir de conclure sur une bonne note cinq premiers mois de compétition ratés. Notons toutefois les deux exceptions, et non des moindres : Amiens et Troyes. Les deux promus à qui l’on prédisait une saison longue et pénible avec une relégation à la fin, réussissent pour l’instant à faire déjouer les pronostics, en se permettant le luxe, là aussi, de déployer un football plus que plaisant à regarder. Avec 21 points leur matelas de points est juste conforme à celui d’une feuille de route pour atteindre les 42 unités au soir de la 38ème journée, à moins qu’ils ne prennent un peu d’avance en s’imposant ce soir. Le défi semble davantage envisageable pour les hommes de Pélissier (réception de Nantes), que pour ceux de Jean-Louis Garcia (réception de Troyes). Quoi qu’il en soit, ces deux équipes auront dores et déjà réussi leur première moitié de championnat, mais la deuxième est souvent plus difficile pour les équipes luttant pour le maintien.

Faute de mieux, gagner pour ne pas se laisser distancés…

En revanche, bordelais, stéphanois et lillois ne s’imaginaient certainement pas à cette position en ouverture de championnat. Les ambitions affichées cet été (entraineur, recrutement…) ont au mieux tenu la moitié de ces 5 premiers mois, notamment pour l’AS Saint-Etienne et les Girondins de Bordeaux. Pour ces trois clubs pour qui la question du maintien s’est invitée dans le quotidien, cette 19ème journée est l’occasion de se rassurer et d’interrompre des dynamiques négatives. Aucun d’eux n’aura la tâche facile : Bordeaux reçoit Montpellier la meilleure défense du championnat, Lille accueille Nice qui en cas de victoire pourrait se repositionner dans la course à l’Europe, et Saint-Etienne ira promener son âme en peine affichée depuis 2 mois du côté du Roudourou. Pour les Verts et les Bordelais, une défaite signifierait même de voir s’éloigner deux équipes pour situées pour l’instant à 3 points devant elle, à « portée de fusil », et un enlisement dans cette inconfortable position d’équipe de bas de tableau. À l’inverse, en cas de victoire, les stéphanois ne serait en retard que deux de points par rapport à la même époque l’année dernière.

Enfin, en queue de classement, Metz et Angers sont déjà distancés, à 11 et 4 points de la 17ème place. Les Messins trouveront certainement que la trêve arrive trop tôt, eux qui ont brillamment gagné 3-1 à Montpellier la semaine dernière. Seule une victoire contre Strasbourg leur permettrait de conserver un espoir de maintien à la faveur d’une dynamique positive qui se heurterait néanmoins à l’interruption du championnat jusqu’à début janvier. Pour Angers cette saison est pour l’instant plus compliquée, et la réception de Dijon sera une sorte de test avant les fêtes, permettant de voir si cette équipe est encore en mesure de prendre des points face à des concurrents directs, ou si le mal est plus profond que ça. Si ils gagnent, avec 18 points, ils se rapprocheraient de leur total à la trêve de la saison dernière.

A mi-parcours, ce sont certainement les nombreuses déceptions qui ont marqué cette première moitié de championnat : le Losc de Bielsa, le Saint-Etienne de Garcia, Bordeaux, le début de saison de Nice, voire le contenu de certains matchs de Monaco… Les « grosses écuries » peinent à justifier leur statut, peut-être bridées leurs objectifs qui semblent parfois étrangement lourds à porter. Alors que dans le même temps, certaines équipes nous ont surpris par leur fraicheur et leur volonté de ne pas passer 38 matchs à subir leur destin. Il est toujours périlleux, si ce n’est inintéressant, de tirer de grandes conclusions à mi-parcours, mais la photographie de notre championnat à quelques heures d’une pause bien méritée, nous rappelle que heureusement la vérité du terrain demeure imperceptible.

Auteur : Raphaël G.

Enfant du Chaudron, c'est avant tout la ferveur du peuple vert qui m'a rendu fou de foot. Pour un football populaire et le respect des libertés des Ultras. (A gagné le 100ème derby).

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Ligue 1

Plus dans Ligue 1
emery
Unaï le clivant

Alors que le Paris Saint-Germain vient de traverser sa première (toute) petite crise de résultats de la saison, ces deux...

gérard lopez
Les finances du LOSC ou les liaisons dangereuses

« Ou vous avez un rival, ou vous n'en avez pas. Si vous en avez un, il faut plaire pour lui...

ligue-1-conforama-ballon
Tour de France des stades de la Ligue 1 Conforama – Partie 3

Avec l’Euro 2016 en ligne de mire, de nombreux stades de notre championnat ont fait peau neuve. Un coup de...

Fermer